Everial : Lionel Garcia pose le pied en Amérique du Nord 

Le groupe lyonnais Everial, spécialisé dans la gestion et le traitement de documents, rachète le groupe TACT, implanté à Montréal et au Québec. Un premier pas en Amérique du Nord pour Lionel Garcia, qui souhaite étendre son activité aux États-Unis.
Lionel Garcia © DR

Lionel Garcia met le cap sur l’Amé­­rique du nord. Le patron de l’en­­tre­­prise fami­­liale Everial (45 millions d’eu­­ros de chiffre d’af­­faires, 400 colla­­bo­­ra­­teurs), spécia­­li­­sée dans la gestion, le trai­­te­­ment et la digi­­ta­­li­­sa­­tion de docu­­ments à desti­­na­­tion des orga­­ni­­sa­­tions publiques et privées, rachète le groupe TACT, loca­­lisé à Montréal et à Québec.

Lui-même spécia­­lisé dans les services de déma­­té­­ria­­li­­sa­­tion des docu­­ments, l’ac­qui­­si­­tion du groupe Québé­­cois s’ins­­crit dans une stra­­té­­gie d’ex­­pan­­sion à l’in­­ter­­na­­tio­­nal d’Eve­­rial qui compte déjà des implan­­ta­­tions en Espagne, en Suisse, à l’Île Maurice et à Monaco: « Nous voulions être présents de l’autre côté de l’At­­lan­­tique et nous commençons par le Québec, une région qui parle notre langue donc plus simple stra­­té­­gique­­ment, avant de se déployer sur l’en­­semble du Canada à partir de 2025 », commente Lionel Garcia.

Expert dans la numé­­ri­­sa­­tion de docu­­ment, TACT réalise près de 4 millions de dollars cana­­dien (2,7 millions d’eu­­ros) sur son acti­­vité et fera béné­­fi­­cier de son exper­­tise à Everial, qui compte profi­­ter de la tech­­no­­lo­­gie du groupe Québé­­cois : « L’objec­­tif est de déve­­lop­­per le chiffre d’af­­faires de la numé­­ri­­sa­­tion et en même temps d’im­­por­­ter nos logi­­ciels français sur le Québec. » Everial a racheté 100% des parts du groupe TACT et a passé un accord avec l’an­­cien direc­­teur géné­­ral, qui conserve la direc­­tion de l’en­­tre­­prise pendant deux ans.

Porte d’en­trée pour les Etats-Unis 

À terme, Everial mise sur son implan­­ta­­tion au Canada pour s’ins­­tal­­ler aux États-Unis au cours de l’an­­née 2026 : «  Plutôt que de partir de zéro aux États-Unis, il nous a paru plus facile de s’im­­plan­­ter d’abord au Canada qui est plus facile. C’est plus long certes, mais plus facile », justi­­fie Lionel Garcia, qui compte débu­­ter une stra­­té­­gie commer­­ciale offen­­sive en Amérique du Nord, avec une augmen­­ta­­tion de son offre de service en appor­­tant ses logi­­ciels français et une phase de recru­­te­­ment inten­­sive. 

« Avec ce rachat, nous sommes désor­­mais leader sur le métier de la numé­­ri­­sa­­tion au Québec. Notre gros concur­rent est la société Améri­­caine Iron Moutain et on joue aussi avec nos petits copains de Canon et quelques petits acteurs locaux… Mais cela reste un petit marché », affirme Lionel Garcia, confiant sur le déve­­lop­­pe­­ment de sa société créé en 1989 par son père Michel Garcia.

Valen­tine Briant
Consent choices
Remonter