Les locaux de… L’Ins­ti­tut Lyfe, une vie de château à Ecully

L’Institut Lyfe (ex-Institut Paul Bocuse) inaugurait mi-septembre son nouveau campus dans le château de la Roseraie, à quelques encablures du château du Vivier, son fief historique à Ecully.
Institut Lyfe à Écully © Anne Bouillot

Domi­nique Girau­dier peut avoir le sourire. Après des mois de tempête et de conflit judi­ciaire avec Jérôme Bocuse et les héri­tiers de la famille Bocuse, le direc­teur de l’Ins­ti­tut Lyfe (ex-Insti­tut Paul Bocuse) inau­gu­rait mi-septembre le nouveau campus de l’école des arts culi­naires et des métiers de l’hô­tel­le­rie d’Écully.

Situé à quelques enca­blures du château du Vivier, le fief histo­rique de l’Ins­ti­tut, ce nouvel ensemble d’une super­fi­cie de 6 500 m2  s’ar­ti­cule autour du château de la Rose­raie, racheté en 2016 par l’éta­blis­se­ment. « Nous sommes aujourd’­hui la seule école au monde à avoir deux châteaux », souligne Domi­nique Girau­dier dans un mélange de fierté et d’émo­tion, aux côtés de Gilles Pélis­son, président de l’Ins­ti­tut Lyfe et ancien PDG d’Euro Disney, Accor, Bouygues Tele­com ou TF1.

À lire aussi : Domi­­nique Girau­­dier et Gilles Pélis­­son changent le nom de l’Ins­­ti­­tut Paul Bocuse

Baptisé campus Gérard Pélis­son, en hommage au cofon­da­teur de l’école, figure de proue de l’hô­tel­le­rie mondiale décé­dée en début d’an­née, ce nouvel espace sera dédié aux forma­tions du pôle hôtel­le­rie. Le château du Vivier, destiné à accueillir les élèves des cursus restau­ra­tion et arts culi­naires, prend quant à lui le nom de campus Paul Bocuse. « Nous ne voulions pas oublier nos deux fonda­teurs, sans qui cette école n’exis­te­rait pas, confie Domi­nique Girau­dier. Il nous parais­sait logique qu’ils soient avec nous et qu’on rende ainsi hommage à l’his­toire de l’école. » 

© Anne Bouillot

Un projet à 17 millions d’eu­ros

La réha­bi­li­ta­tion du château de la Rose­raie, ancienne propriété de la famille de soyeux lyon­nais Payen, a néces­sité de longs mois de travaux, super­vi­sés par le jeune archi­tecte lyon­nais Mathias Soulier (Stone Archi­tectes) et l’ar­chi­tecte des bâti­ments de France, Emma­nuelle Didier.

Restau­rée par un collec­tif composé de 35 entre­prises locales, cette élégante demeure du XIXe siècle est désor­mais enca­drée de deux ailes abri­tant 22 salles de classes équi­pées des dernières tech­no­lo­gies, un amphi­théâtre de 250 places, un bar détente façon pub londo­nien et un bar d’ap­pli­ca­tion. « Ce projet incarne l’es­sence même de notre ambi­tion pour l’école entre tradi­tion et moder­nité », avance Gilles Pélis­son, le neveu de Gérard Pélis­son.

🎥 En vidéo : Domi­­nique Girau­­dier (Insti­­tut Lyfe) : « Un nouveau nom pour rayon­­ner à l’in­­ter­­na­­tio­­nal »

Cette exten­sion de campus doit permettre à l’Ins­ti­tut Lyfe de doubler sa taille et sa capa­cité d’ac­cueil. « Depuis main­te­nant deux ans, l’école est satu­rée. Il est donc néces­saire d’être dans cette logique de déve­lop­pe­ment. Mais nous n’avons pas l’am­bi­tion de doubler de taille et d’ac­cueillir 1 500 nouveaux étudiants dès la rentrée prochaine. C’est un objec­tif à cinq ou six ans », explique Domi­nique Girau­dier. Le coût du projet s’élève à 17 millions d’eu­ros, financé à hauteur de 10 millions d’eu­ros par la fonda­tion Gérard & Gilles Pélis­son, avec des finan­ce­ments de 2 millions d’eu­ros appor­tés par la Région et la Métro­pole, et une enve­loppe de 500 000 euros accor­dée par la Ville de Lyon.

L’am­phi­théâtre

© Insti­tut Lyfe

Niché dans l’une des deux ailes autour du château, cet amphi­théâtre peut accueillir entre 250 et 300 personnes. « C’est un espace qui manquait beau­coup à l’école. Nous allons pouvoir y donner des master­class et y faire les célé­bra­tions », explique Gilles Pélis­son. Cet amphi­théâtre a aussi accueilli les dernières confé­rences de presse de l’éta­blis­se­ment.

Institut Lyfe Lounge bar
© Insti­tut Lyfe

Le lounge bar

Situé dans le salon prin­ci­pal du château de la Rose­raie, conçu par le desi­gner Pierre-Yves Rochon, le Lounge Bar et son mobi­lier Ligne Roset sera le bar d’ap­pli­ca­tion du campus Gérard Pélis­son. L’éta­blis­se­ment, ouvert au public, tient place près d’une biblio­thèque et d’un salon de thé où offi­cie­ront les élèves de la filière pâtis­se­rie.

© Anne Bouillot

Le rose bar

Caché dans les recoins d’une aile ou « dans les douves » selon Domi­nique Girau­dier, le Rose Bar se veut être l’es­pace détente des étudiants de l’Ins­ti­tut Lyfe. « C’est un lieu de convi­via­lité où se retrouvent les étudiants et les équipes. C’est un vrai pub londo­nien au cœur d’Ecully », témoigne le maître d’école.

Consent choices
Remonter