Benoît Quignon prend la prési­dence du GIE La Ville Autre­ment

Ancien directeur général des services du Grand Lyon et figure bien connue des réseaux lyonnais, Benoît Quignon est de retour à Lyon — après un court passage à Marseille —, à la présidence du groupement d’intérêt économique La Ville Autrement.
Benoit Quignon ©DR

Benoît Quignon est de retour dans les instances lyon­naises. Après un court passage dans le sud, au coeur de l’ad­mi­nis­tra­tion de la Ville de Marseille (2020–2022), l’an­cien direc­teur géné­ral des services de la Ville de Lyon et du Grand Lyon (2001–2016) est le nouveau président du GIE (grou­pe­ment d’in­té­rêt écono­mique) La Ville Autre­ment. Spécia­liste des ques­tions de loge­ment et d’ha­bi­tat, les prin­ci­pales théma­tiques abor­dées par ce grou­pe­ment villeur­ban­nais, le diri­geant a été élu en juin dernier et prend donc la suite de Philippe Bros­set, qui souhai­tait passer la main après quatre années et demi à ce poste.

« Je m’in­té­res­sais de près aux actions menées par La Ville Autre­ment dans mes anciennes respon­sa­bi­li­tés, notam­ment au Grand Lyon. Et plusieurs membres de ce cénacle m’ont suggéré de me porter candi­dat ces derniers mois », explique le diri­geant. En plus de ces nouvelles respon­sa­bi­li­tés, Benoît Quignon garde la gestion de son cabi­net de conseil lyon­nais, monté en février 2022. « Je vais faire atten­tion d’évi­ter tout conflit d’in­té­rêt même si je ne pense pas qu’il y ait beau­coup de risques, souligne-t-il. La prési­dence du GIE, c’est une fonc­tion non-exécu­tive, béné­vole, dont je ne vais pas m’oc­cu­per à plein temps. Le direc­teur géné­ral Etienne Fabris est là pour faire le job. Je serai davan­tage en appui des équipes de mon côté. »

Nouveaux terri­toires

© DR

Fondé en 2004, le grou­pe­ment d’in­té­rêt écono­mique La Ville Autre­ment regroupe cinq enti­tés : les bailleurs sociaux Est Métro­pole Habi­tat et Rhône Saône Habi­tat, la Société villeur­ban­naise d’ur­ba­nisme, la fonda­tion Aralis et l’as­so­cia­tion Alynea. « L’ori­gi­na­lité de ce grou­pe­ment réside dans le fait que des acteurs qui n’ont pas forcé­ment l’ha­bi­tude de travailler ensemble, comme des asso­cia­tions en charge de l’hé­ber­ge­ment et des bailleurs sociaux, parviennent à conce­voir des solu­tions ensemble, insiste Benoît Quignon. Habi­tuel­le­ment, rien n’est vrai­ment fait pour les amener à colla­bo­rer ensemble. Mais si on combine les savoirs-faire et métiers des uns et des autres, on peut propo­ser des solu­tions face à ces ques­tions lourdes de loge­ment. »

Porté par Aralis et Alynea, La Ville Autre­ment compte aussi plan­cher ces prochains mois sur des théma­tiques nouvelles comme les ques­tions d’em­ploi et d’in­ser­tion dans la société, et souhaite défri­cher de nouveaux terri­toires. « On a bien labouré les terres villeur­ban­naises, il y a d’autres terri­toires sur l’ag­glo­mé­ra­tion qui nous font des appels du pied, avance le nouveau président. Il y a déjà des contacts donc on va se lancera dans les prochains mois avec notre jeune équipe (25 sala­riés) qui a envie d’al­ler de l’avant et de bous­cu­ler les lignes. »

Consent choices
Remonter