Le Cercle Féal : s’en­ri­chir des expé­riences de chacun

Cercle professionnel transversal mixte regroupant des adhérents exerçant des responsabilités, le Cercle Féal se définit comme un réseau d’entr’aide et d’échanges où l’on vient pour s’enrichir à travers les autres dans une ambiance plus conviviale que business. Avec, chaque mois, une soirée autour d’un invité d’honneur.
Cercle Féal © Cercle Féal

« En vieux français, Féal veut dire ami sincère ou dévoué », rappelle David Laurand, tout nouveau président du Cercle Féal et asso­cié de Ciné­tic Avocats. Et d’ajou­ter : « On a du plai­sir à se retrou­ver entre nous dans une ambiance convi­viale et de cama­ra­de­rie. Nous cher­chons à tisser des liens, à s’en­ri­chir des expé­riences de chacun. On se défi­nit plus comme un cercle d’en­tr’aide et d’échanges qu’un club d’af­faires ».

Témoin, la réunion mensuelle autour d’in­vi­tés au profil très varié : des chefs d’en­tre­prise mais aussi des spor­tifs, des person­na­li­tés du monde de la culture. Cela va de Jean-Michel Aulas à Grégory Doucet en passant par Tanguy Berto­lus , le patron des Aéro­ports de Lyon ; le direc­teur des HCL ; Thierry Gardon, le président du tribu­nal de commerce de Lyon ou bien encore Amélie Blan­ckaert, écri­vain et auteur de « la parole vaut de l’Or ». Dernier en date, Olivier Ginon, le président de GL Events pour la rentrée du Cercle le 19 septembre prochain.

« C’est un parcours humain qui nous inté­resse à chaque fois et l’in­vité vient pour le présen­ter ainsi que son actua­lité », précise David Laurand qui évoque deux mots pour résumé l’es­prit du Cercle Féal : « tradi­tion et moder­nité ». La tradi­tion, c’est l’at­ta­che­ment aux valeurs humaines. La moder­nité, c’est la projec­tion dans l’ave­nir, le nouveau monde de demain. « Les enjeux écono­miques sont impor­tants. La société est en train de chan­ger. Avoir une vision de l’ave­nir, cela compte. C’est ce que nous visons en s’en­ri­chis­sant auprès des sachants. Nous avons besoin les uns des autres. Il ne faut pas rester isolé dans son coin ».

L’im­por­tance des réseaux

Membre fonda­teur du club voici plus de vingt ans déjà, David Laurand constate qu’il y avait alors une fenêtre de tir pour un nouveau cercle. « Par rapport à d’autres cercles assez fermés, nous sommes appa­rus alors comme plus jeunes, plus ouverts, dans une tranche 30–50 ans ». Et, au-delà du Cercle Féal, son président estime que « les réseaux ont, plus que jamais, leur impor­tance dans un monde qui évolue toujours. Nous en sommes encore aux prémices de la révo­lu­tion numé­rique. On voit combien l’en­vi­ron­ne­ment inter­na­tio­nal est complexe. Raison de plus pour être connec­tés et s’en­ri­chir des expé­riences de chacun ».

Pour Joseph Brigneaud, vice-président, « à l’heure où la violence domine dans les débats, nous retrou­vons au Cercle Féal, un climat de bien­veillance et de modé­ra­tion qui est appré­ciable ». Voilà pourquoi, l’at­taque fron­tale dont a été victime le maire de Lyon le jour où il plan­chait au Cercle Féal, n’a pas été appré­ciée au sein du club. « On peut ne pas être d’ac­cord, on peut débattre, mais il y a un ton et une manière de l’ex­pri­mer ». Pas dit que cet « oppo­sant » revienne à l’ave­nir.

© DR

À propos

Nombre de membres : 90 membres 
Coti­sa­tion : 300 euros par an + dîners
Réunions : Une fois par mois pour tous les adhé­rents autour d’un invité
Condi­tions pour adhé­rer : parrai­nage par un membre et vali­da­tion du dossier par le bureau
Site inter­net : cercle-feal.fr

La bonne raison d’y aller :

« C’est l’idée de s’en­ri­chir à travers le récit inspi­rant de la person­na­lité invi­tée et des échanges avec les membres. Et tout cela dans une ambiance parti­cu­liè­re­ment convi­viale. Cette amitié, et le plai­sir de se retrou­ver, sont une marque forte de notre asso­cia­tion. Notre recru­te­ment repose non seule­ment sur le profit profes­sion­nel mais égale­ment et beau­coup sur la person­na­lité du candi­dat » commente David Laurand.

Les + du réseau :

  • Un réseau inté­gré à la vie écono­mique et cultu­relle lyon­naise
  • C’est parce que les membres ont plai­sir à se retrou­ver, à échan­ger, que des affaires se réalisent ou que des problèmes profes­sion­nels se résolvent.
  • La qualité et la diver­sité des inter­ve­nants

Qui peut-on rencon­trer ?

  • Béné­dicte Durand, Direc­trice géné­rale d’Al­theora
  • Yann Roubert, Président du Lou Rugby
  • Stéphane Flex, Délé­gué géné­ral du Medef Auvergne-Rhône-Alpes
  • Cécile Conan, commis­saire-priseur

Et aussi : Edouard Lame­loise, direc­teur géné­ral Héléa Finan­cière ; Alexis Thura, Direc­teur géné­ral de BM&A ; Pierre Blouin, Roth­schild & Cie ; Thimo­thée Fraysse, Mc Kinsey ; Joseph Brigneaud, Président JBC2 inves­tis­se­ment en capi­tal ; Sébas­tien Ginon, notaire et président d’hon­neur ; Ludi­vine Sapin, AJ Parte­naires et Nico­las Bonnet, direc­teur géné­ral de la CCI Lyon Métr­pole, anciens prési­dents

Régis Fouque © DR

L’avis de :

Régis Fouque, direc­teur géné­ral de Promo­val : « la fran­chise des invi­tés »

« J’ap­pré­cie les valeurs que porte le Cercle Féal. Pour moi, ce n’est pas un club d’af­faires mais un cercle enri­chis­sant. Il y a aussi une variété et une qualité des inter­ve­nants. Je retiens aussi la bien­veillance des membres avec des personnes qui s’in­té­ressent aux autres et une grande diver­sité des profils des membres. On s’en­ri­chit de ces rencontres. C’est appré­ciable aussi de se retrou­ver dans des lieux diffé­rents. Le fait que l’on soit en petit comité permet d’avoir une parole des invi­tés empreinte de beau­coup de fran­chise »

Consent choices
Remonter