LE MENSUEL DES POUVOIRS LYONNAIS

DOSSIER : Les 20 figures qui comptent vraiment à Lyon (Métropole de Lyon)

accès libre
Publié le 5 octobre 2023

Lyon Décideurs lève le voile sur 20 femmes et hommes de l’ombre qui exercent leur influence auprès de leurs « patrons » qui sont, eux, en première ligne, et avec qui ils forment un binôme. Dossier réalisé par Jean-Pierre Vacher, Éline Dany, Maxime Feuillet et Vincent Lonchampt

Directrice générale des services de la Métropole de Lyon © Marie-Ève Brouet

Anne Jestin, l’expérimentée

Loin des lumières, des caméras et des querelles politiques et partisanes, Anne Jestin occupe depuis septembre 2020 l’un des postes les plus importants de la Métropole de Lyon, à la direction générale des services : « Mon job, c’est de traduire une volonté politique en langage administratif, et faire le lien entre l’exécutif et ses idées d’un côté, et les équipes qui travaillent au quotidien de l’autre. »

Nommée par le président Bruno Bernard, cette architecte de formation, passée par les cabinets ministériels (Myriam El Khomri et Patrick Kanner) et la Ville de Lyon, pilote depuis trois ans la très large administration métropolitaine (voirie, déplacements, développement économique, déchets, solidarité…) et ses 9 400 agents.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vraiment à Lyon (Ville de Lyon)

La volonté d’impulser l’action

Un chiffre colossal, plaçant la collectivité territoriale au deuxième rang des plus gros employeurs de la métropole lyonnaise, derrière les Hospices civils de Lyon (23 000 collaborateurs). Dans l’ombre, l’Iséroise de 48 ans assiste à chaque conseil métropolitain à la gauche de Bruno Bernard, le visage impassible, sans jamais prendre la parole.

En délicatesse avec certains représentants syndicaux, cette grande sportive, habituée des courses de fond, se distingue de ses deux prédécesseurs Olivier Nys et Benoît Quignon, auprès de qui elle avait demandé conseil avant de prendre le poste. « Oui, j’incarne la fonction différemment de mes prédécesseurs, c’est clair, assumé et volontaire », concède la DGS métropolitaine.

Aux inaugurations et autres rubans découpés, Anne Jestin privilégie donc l’action, le nez dans ses dossiers. Et semble, après n’être jamais restée plus de quatre ans au même poste, enfin conquise : « Aujourd’hui, j’ai cette capacité de pouvoir impulser l’action, d’emmener une équipe avec moi et d’être à la tête de tout cela. Et c’est tout ce que je voulais. »

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vraiment à Lyon (Département du Rhône)

Directeur de cabinet du président de la Métropole de Lyon © DR

Julien Zloch, l’incontournable

Militant écologiste de longue date – il était candidat Les Verts dans la 12e circonscription des Bouches-du-Rhône en 2007 –, Julien Zloch occupe depuis trois ans le poste de directeur de cabinet de Bruno Bernard. « Le président de la Métropole m’a appelé en mars 2020, avant le premier tour, pour me proposer ce poste. C’était un sacré challenge, impossible à refuser. »

Personnalité bien connue des arcanes politiques d’EELV, l’homme de confiance de Bruno Bernard a d’abord été assistant parlementaire à la direction nationale du parti écologiste, puis chef de cabinet adjoint de la ministre Cécile Duflot entre 2012 et 2014. Il pose ensuite ses valises dans la région, au sein du cabinet d’Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­­­­­­­­­­ment à Lyon (CPME et CCI)

Dans le Dauphiné, Julien Zloch cultive ses réseaux, fait la rencontre d’Anne Jestin, dont il soufflera le nom en 2020 pour la direction générale des services de la Métropole de Lyon, et tape dans l’œil d’un certain Bruno Bernard, alors secrétaire régional d’EELV. Depuis juin 2020, le très discret Julien Zloch, 44 ans, est de toutes les décisions prises par l’exécutif métropolitain.

Un binôme avec Anne Jestin

Il joue un rôle essentiel dans l’ombre du président – comme en témoigne son siège derrière lui lors de chaque conseil métropolitain, la main posée sur une pile de dossiers –, et forme un binôme très complémentaire avec Anne Jestin. « On passe un peu notre vie ensemble. Même pendant les vacances, on s’envoie des messages pour faire le suivi quotidien de l’activité. Nous avons une belle relation de confiance, cela facilite les choses », note le directeur de cabinet. « Je ne recherche pas la même proximité que Julien peut avoir avec le président, prolonge Anne Jestin. À aucun moment, il ne me contourne dans le lien avec l’administration, et de la même façon, je ne vais pas aller évoquer une décision avec le président sans lui en parler d’abord. On est chacun très respectueux du rôle de l’autre. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un émail à [email protected]. Merci beaucoup !

dans la même catégorie
Articles les plus lus
Consent choices