LE MENSUEL DES POUVOIRS LYONNAIS

DOSSIER : Les 20 figures qui comptent vrai­­ment à Lyon (Ville de Lyon)

Publié le 5 octobre 2023

Lyon Décideurs lève le voile sur 20 femmes et hommes de l’ombre qui exercent leur influence auprès de leurs « patrons » qui sont, eux, en première ligne, et avec qui ils forment un binôme. Dossier réalisé par Jean-Pierre Vacher, Éline Dany, Maxime Feuillet et Vincent Lonchampt

Plume de Grégory Doucet © DR

Yann Faure, le militant

Il se présente sur X (ex Twitter) comme journaliste scientifique indépendant et animateur de la Maison de l’Écologie dans le 1er arrondissement. Il ne le mentionne pas, mais Yann Faure (qui n’a pas donné suite à nos demandes d’interview) est aussi la plume du maire de Lyon, Grégory Doucet, responsable de la rédaction de ses discours.

Militant de La France insoumise, celui qui a aussi été chargé de travaux dirigés en sciences humaines et sociales à l’École Centrale de Lyon rejoint en 2020 les écolos et Grégory Doucet, en se présentant dans le 1er arrondissement sur la liste emmenée par Sylvain Godinot. « Je me sens plus utile en portant une voix de gauche au sein du mouvement écolo plutôt qu’une voix écolo au sein de la gauche », explique-t-il alors à nos confrères de Lyon Bondy Blog. Bon calcul, sa voix – et ses écrits – porte désormais directement jusqu’au maire de Lyon.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vraiment à Lyon (Département du Rhône)

Directrice de cabinet du maire de Lyon © DR

Stéphanie Burlet, la bosseuse

À 50 ans tout juste, Stéphanie Burlet, la directrice de cabinet du maire de Lyon, a une carrière qui se répartit à parts égales : 13 ans dans le privé, comme avocate inscrite au barreau de Lyon et intégrée au sein d’EY (ex-Ernst & Young), de 1997 à 2010. Puis 13 ans en collectivités locales : Métropole et Ville de Lyon. Diplômée de Sciences Po Lyon, titulaire d’une maîtrise de droit public et d’un master (DESS) de juriste des collectivités territoriales, Stéphanie Burlet a laissé une belle image chez EY.

De la Métropole à la Ville de Lyon

Ceux qui travaillaient alors avec elle louent ses « grandes qualités morales et techniques » : « C’est une bosseuse acharnée. Elle a une capacité de travail énorme. Et, puis, c’est une vraie intelligence », rapporte un ancien de ses collègues. La preuve, le bond qu’elle effectue en 2010 quand elle quitte le grand cabinet international pour rejoindre le Grand Lyon comme directrice des affaires juridiques et de la commande publique (DAJCP).

Soit une équipe à manager et un poste stratégique qui lui vaut de travailler en direct avec Gérard Collomb sur quelques dossiers sensibles que, même ministre de l’Intérieur et plus président de la Métropole, il continue à suivre. Début d’été 2020, après les élections municipales et métropolitaines, tandis qu’Anne Jestin passe de la Ville à la Métropole de Lyon, Stéphanie Burlet fait le chemin en sens inverse, abandonnant la rue du Lac pour la place de la Comédie.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vraiment à Lyon (Métropole de Lyon)

Et dans une fonction qui ne relève pas de l’administration des services, mais qui est éminemment politique : celle de directrice de cabinet. Le changement s’effectue en juillet 2020. Un peu plus de trois ans après, Stéphanie Burlet trace sa route, accaparée par la tâche.

Le choix de Grégory Doucet n’a rien d’anodin. Il s’est entouré d’une femme qui a aussi été élue en 2008 dans le 1er arrondissement sur la liste de Nathalie Perrin-Gilbert et avec Émeline Baume, aujourd’hui, première vice-présidente à la Métropole de Lyon.

Directeur général des services de la Ville de Lyon © DR

Jérôme Maillard, le parcours classique

Diplômé de Sciences Po et titulaire d’un master (DESS à l’époque) de droit et gestion des collectivités locales de l’université Panthéon-Sorbonne, Jérôme Maillard a été, entre autres, directeur général des services du conseil général du Territoire de Belfort de 2008 à 2009.

C’est à cette date qu’il arrive à Lyon comme directeur général délégué au Grand Lyon, transformé en Métropole de Lyon en 2015. Il passe ensuite à la Ville de Lyon comme directeur général adjoint en 2016. Cinq ans plus tard, il remplace Claude de Soubeyran de Saint-Prix au poste de directeur général des services en février 2021. Un poste qui lui vaut d’avoir la haute main administrative sur les 8 500 agents municipaux.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un émail à [email protected]. Merci beaucoup !

dans la même catégorie
Articles les plus lus
Consent choices