DOSSIER : Les 20 figures qui comptent vrai­­­­­­ment à Lyon (Medef)

Lyon Décideurs lève le voile sur 20 femmes et hommes de l’ombre qui exercent leur influence auprès de leurs « patrons » qui sont, eux, en première ligne, et avec qui ils forment un binôme.
Délé­gué géné­ral du Medef Lyon-Rhône © DR

Anthony Jean­bourquin, l’at­tendu

Anthony Jean­bourquin a rejoint Gilles Cour­teix en tant que délé­gué géné­ral du Medef Lyon-Rhône depuis plus d’un an. Et la nomi­na­tion de ce Bison­tin de 54 ans, ancien direc­teur géné­ral de la CCI du Doubs, s’est fait attendre.

À la suite du départ de Jean-Louis Joly, parti en décembre 2021 après 11 ans d’exer­cice à la direc­tion géné­rale de l’or­ga­ni­sa­tion patro­nale, l’ins­tance lyon­naise avait missionné un cabi­net pari­sien pour trou­ver le profil parfait. Celui-ci devait avoir une bonne connais­sance du monde patro­nal et profes­sion­nel et ne pas être en poste à Lyon.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­ment à Lyon (Dépar­te­ment du Rhône)

Gilles Cour­teix pensait avoir trouvé l’oi­seau rare au prin­temps 2022, avec Matthieu Labbé, alors chef de cabi­net de Franck Ries­ter, ministre du Commerce exté­rieur et de l’At­trac­ti­vité. Mais le pres­senti a fina­le­ment décliné la propo­si­tion au dernier moment, lais­sant le Medef Lyon-Rhône sur le carreau. Pour l’or­ga­ni­sa­tion patro­nale, le coup est rude.

Après de nouveaux mois de recherche, elle jette en septembre son dévolu sur Anthony Jean­bourquin. Nommé délé­gué géné­ral, ce Franc-Comtois occu­pait ces huit dernières années la direc­tion géné­rale de la CCI du Doubs, après avoir été délé­gué géné­ral du Medef du Doubs et du Medef de Franche-Comté. Sa feuille de route s’ar­ti­cule autour de trois axes : « Pour­suivre le déve­lop­pe­ment de l’at­trac­ti­vité du terri­toire, réaf­fir­mer le rôle de l’en­tre­prise comme moteur du progrès social et envi­ron­ne­men­tal, embarquer la jeunesse dans l’aven­ture et les valeurs de l’en­tre­prise. »

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­­­­­­­­­­­ment à Lyon (CPME et CCI)

Direc­teur géné­ral du Medef Auvergne-Rhône-Alpes © DR

Stéphane Flex, l’en­tre­pre­neur

Diplômé de l’uni­ver­sité Paris-Dauphine et de Sciences Po, Stéphane Flex commence dans le jour­na­lisme chez Option Finance avant de rejoindre Euro­next pendant 6 ans puis le Medef Auvergne-Rhône-Alpes depuis 11 ans.

Le temps de travailler pour les prési­dents Jean-François Théo­dore, Michel Cerutti, Patrick Martin et aujourd’­hui Jean-Luc Rauni­cher. « Ce qui fait que ça marche, ce sont les liens forts et l’ami­tié que l’on tisse et le senti­ment que l’on a de gran­dir. Il y a aussi un peu d’ad­mi­ra­tion et de respect, explique-t-il, pas gêné par son statut d’homme de l’ombre. C’est quelque chose qui me convient bien. On est quand même au centre du jeu, mais de manière plus subtile. Agir dans l’ombre a aussi ses avan­ta­ges… »

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­ment à Lyon (Ville de Lyon)

Le contact entre le direc­teur géné­ral et le président régio­nal du Medef est perma­nent. « On se télé­phone 10 à 20 fois par jour, on partage tout sur tout », recon­naît Stéphane Flex, heureux de voir comment l’or­ga­ni­sa­tion patro­nale régio­nale, qui compte une cinquan­taine de colla­bo­ra­teurs, est deve­nue « une orga­ni­sa­tion très entre­pre­neu­riale » entre le lance­ment de The Nuum Factory, mais aussi du premier accé­lé­ra­teur du Medef avec Grou­pama ou bien encore de The Climate Factory. « Cela repré­sente un chiffre d’af­faires multi­plié par trois en six ans. Je suis assez bluffé par ce qu’on arrive à faire », déclare Stéphane Flex. Dans l’ombre peut-être, mais réso­lu­ment entre­pre­neur.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un email à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter