DOSSIER : Les 20 figures qui comptent vrai­ment à Lyon (Métro­pole de Lyon)

Lyon Décideurs lève le voile sur 20 femmes et hommes de l’ombre qui exercent leur influence auprès de leurs « patrons » qui sont, eux, en première ligne, et avec qui ils forment un binôme. Dossier réalisé par Jean-Pierre Vacher, Éline Dany, Maxime Feuillet et Vincent Lonchampt
Direc­trice géné­rale des services de la Métro­pole de Lyon © Marie-Ève Brouet

Anne Jestin, l’ex­pé­ri­men­tée

Loin des lumières, des camé­ras et des querelles poli­tiques et parti­sanes, Anne Jestin occupe depuis septembre 2020 l’un des postes les plus impor­tants de la Métro­pole de Lyon, à la direc­tion géné­rale des services : « Mon job, c’est de traduire une volonté poli­tique en langage admi­nis­tra­tif, et faire le lien entre l’exé­cu­tif et ses idées d’un côté, et les équipes qui travaillent au quoti­dien de l’autre. »

Nommée par le président Bruno Bernard, cette archi­tecte de forma­tion, passée par les cabi­nets minis­té­riels (Myriam El Khomri et Patrick Kanner) et la Ville de Lyon, pilote depuis trois ans la très large admi­nis­tra­tion métro­po­li­taine (voirie, dépla­ce­ments, déve­lop­pe­ment écono­mique, déchets, soli­da­ri­té…) et ses 9 400 agents.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­ment à Lyon (Ville de Lyon)

La volonté d’im­pul­ser l’ac­tion

Un chiffre colos­sal, plaçant la collec­ti­vité terri­to­riale au deuxième rang des plus gros employeurs de la métro­pole lyon­naise, derrière les Hospices civils de Lyon (23 000 colla­bo­ra­teurs). Dans l’ombre, l’Isé­roise de 48 ans assiste à chaque conseil métro­po­li­tain à la gauche de Bruno Bernard, le visage impas­sible, sans jamais prendre la parole.

En déli­ca­tesse avec certains repré­sen­tants syndi­caux, cette grande spor­tive, habi­tuée des courses de fond, se distingue de ses deux prédé­ces­seurs Olivier Nys et Benoît Quignon, auprès de qui elle avait demandé conseil avant de prendre le poste. « Oui, j’in­carne la fonc­tion diffé­rem­ment de mes prédé­ces­seurs, c’est clair, assumé et volon­taire », concède la DGS métro­po­li­taine.

Aux inau­gu­ra­tions et autres rubans décou­pés, Anne Jestin privi­lé­gie donc l’ac­tion, le nez dans ses dossiers. Et semble, après n’être jamais restée plus de quatre ans au même poste, enfin conquise : « Aujourd’­hui, j’ai cette capa­cité de pouvoir impul­ser l’ac­tion, d’em­me­ner une équipe avec moi et d’être à la tête de tout cela. Et c’est tout ce que je voulais. »

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­ment à Lyon (Dépar­te­ment du Rhône)

Direc­teur de cabi­net du président de la Métro­pole de Lyon © DR

Julien Zloch, l’in­con­tour­nable

Mili­tant écolo­giste de longue date – il était candi­dat Les Verts dans la 12e circons­crip­tion des Bouches-du-Rhône en 2007 –, Julien Zloch occupe depuis trois ans le poste de direc­teur de cabi­net de Bruno Bernard. « Le président de la Métro­pole m’a appelé en mars 2020, avant le premier tour, pour me propo­ser ce poste. C’était un sacré chal­lenge, impos­sible à refu­ser. »

Person­na­lité bien connue des arcanes poli­tiques d’EELV, l’homme de confiance de Bruno Bernard a d’abord été assis­tant parle­men­taire à la direc­tion natio­nale du parti écolo­giste, puis chef de cabi­net adjoint de la ministre Cécile Duflot entre 2012 et 2014. Il pose ensuite ses valises dans la région, au sein du cabi­net d’Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble.

📁 À lire aussi dans ce dossier : Les 20 figures qui comptent vrai­­­­­­­­­­­ment à Lyon (CPME et CCI)

Dans le Dauphiné, Julien Zloch cultive ses réseaux, fait la rencontre d’Anne Jestin, dont il souf­flera le nom en 2020 pour la direc­tion géné­rale des services de la Métro­pole de Lyon, et tape dans l’œil d’un certain Bruno Bernard, alors secré­taire régio­nal d’EELV. Depuis juin 2020, le très discret Julien Zloch, 44 ans, est de toutes les déci­sions prises par l’exé­cu­tif métro­po­li­tain.

Un binôme avec Anne Jestin

Il joue un rôle essen­tiel dans l’ombre du président – comme en témoigne son siège derrière lui lors de chaque conseil métro­po­li­tain, la main posée sur une pile de dossiers –, et forme un binôme très complé­men­taire avec Anne Jestin. « On passe un peu notre vie ensemble. Même pendant les vacances, on s’en­voie des messages pour faire le suivi quoti­dien de l’ac­ti­vité. Nous avons une belle rela­tion de confiance, cela faci­lite les choses », note le direc­teur de cabi­net. « Je ne recherche pas la même proxi­mité que Julien peut avoir avec le président, prolonge Anne Jestin. À aucun moment, il ne me contourne dans le lien avec l’ad­mi­nis­tra­tion, et de la même façon, je ne vais pas aller évoquer une déci­sion avec le président sans lui en parler d’abord. On est chacun très respec­tueux du rôle de l’autre. »

Suivez toute l’ac­tua­lité des déci­deurs lyon­nais en vous abon­nant 👈

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un email à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter