Arnaud de Boel et Nelly France, du vin pour les bons vivants

Arnaud De Boel est belge. Nelly France est bretonne. Fans de syrah et des vins de la vallée du Rhône, ils ont créé le domaine De Boel France à Lemps en Ardèche.
Nelly France et Arnaud de Boel, Domaine De Boel France Nelly France et Arnaud de Boel ©DR

De Lemps en Ardèche à Uchaux dans le Vaucluse, le Domaine De Boel France exploite 13 hectares de vignes et produit en biody­na­mie des vins majo­ri­tai­re­ment rouges dans les appel­la­tions Saint-Joseph, Cornas, Côtes-du-Rhône, Côtes-du-Rhône Villages massif d’Uchaux, Côtes-du-Rhône Villages Sainte-Cécile, IGP Vaucluse et IGP Médi­ter­ra­née.

C’est tout sauf un hasard si le couple De Boel France s’est installé dans la vallée du Rhône, tant Nelly et Arnaud sont fans de Syrah et de Saint-Joseph. Les deux vigne­rons se sont rencon­trés en Nouvelle-Zélande.

Arnaud (41 ans) est ingé­nieur agro­nome, Nelly (42 ans) a fait des études dans le commerce et le déve­lop­pe­ment durable. Tous deux se sont formés dans le vin à l’Ins­ti­tut univer­si­taire de la vigne et du vin (IUVV Jules-Guyot) à Dijon pour monsieur et l’OIV (Orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale de la vigne et du vin) pour madame.

Recher­chant une ferme et des terres pour plan­ter de la vigne, le couple a élu domi­cile à Lemps un peu par hasard. « On avait tous les deux envie de dépen­ser notre éner­gie dans un projet person­nel. Aujourd’­hui, nous faisons les vins qui nous plaisent et les clients répondent présent. » Le couple qui n’aime pas le bois neuf n’uti­lise que de vieux fûts, des demi-muids, des amphores ou des œufs en grès, pour élever ses vins. Car la fraî­cheur est une donnée essen­tielle pour Arnaud De Boel et Nelly France : « On n’aime pas les vins trop solaires et il y a plein de profils possibles dans les Syrahs. »

La complexité du fruit

Les deux vigne­rons résument ainsi parfai­te­ment leur travail dans la vigne : « Nos vins sont des hommages aux bons vivants de tout temps. » Ils sont frais, gour­mands, sur le fruit, géné­reux. L’une des cuvées emblé­ma­tiques de la maison De Boel France a même été bapti­sée : « Le gras, c’est la vie ! » Tout un program­me… pour ce vin qui accom­pagne à merveille les saucis­sons et déli­cieuses terrines faites maison par Arnaud.

« Oui on aime manger ! », sourit Nelly France qui produit trois cuvées en son nom : Révol­tée, un saint-joseph blanc, Guer­rières, un côtes-du-rhône villages Sainte-Cécile rouge et Mères, un rosé. « Sur les étiquettes des bouteilles, ce sont les visages de mes meilleures amies », raconte la vigne­ronne.

Un premier millé­sime en 2018

Car chez les De Boel France, le vin n’est pas qu’une affaire d’homme. Bien au contraire. Et c’est peut-être Nelly qui en parle le mieux : « Le fruit nous inté­resse, sa complexité. C’est ce qu’on s’ef­force de travailler dans les vignes pour ensuite le valo­ri­ser dans nos cuvées. Les textures donnent des vins souples à boire dès main­te­nant. »

Syrah, Grenache, Cala­doc, Marsanne, Cari­gnan, les De Boel France cultivent leurs vignes sur des sols bien diffé­rents du nord au sud de la vallée du Rhône. Ainsi, en Ardèche, les granits sont plus ou moins sablon­neux et dégra­dés. Tandis que dans le sud, les vignes ont été plan­tées sur des galets roulés, des marnes bleues, des grès sili­co­cal­caires avec en profon­deur des silex.

Le premier millé­sime du domaine De Boel France n’est sorti qu’en 2018 mais le couple apprend vite, expé­ri­mente et s’amé­liore. Avec de multiples projets à venir, dont la créa­tion d’un caveau pour accueillir les visi­teurs dans de meilleures condi­tions.

Cyril Michaud
Consent choices
Remonter