Kikleo : Vincent Garcia et Martin d’Agay lèvent 1,5 million d’eu­ros

L’entreprise lyonnaise propose une technologie anti-gaspillage destinée aux restaurateurs et aux grandes cantines (restauration collective), et a pour objectif de développer son programme tout en touchant divers secteurs de la restauration collective.
Vincent Garcia cofondateur de Kikleo Vincent Garcia © DR

« Une grande quan­tité d’ali­ments finit à la poubelle dans la restau­ra­tion collec­tive », avance VincentGar­cia co-fonda­teur de Kikleo. Pour mini­mi­ser ces pertes alimen­taires, les deux fonda­teurs de l’en­tre­prise ont réalisé une levée de fonds d’1,5 million d’eu­ros, auprès d’Ave­lana et Good Only Ventures.

Depuis 2021, Kikleo four­nit les restau­rants et les grandes cantines d’une caméra dotée d’in­tel­li­gence arti­fi­cielle « qui va effec­tuer un diagnos­tic simple et auto­ma­tisé grâce à nos solu­tions d’ana­lyse des pertes. Elle va détec­ter, iden­ti­fier et esti­mer la quan­tité des aliments lais­sés sur les plateaux ou les assiettes des convives », détaille Vincent Garcia. Cette fonc­tion­na­lité va donc permettre de « lutter contre le gaspillage alimen­taire et réali­ser des écono­mies pour les chefs de restau­rant », souligne-t-il.

Une version plus perfor­mante

L’en­tre­prise, qui ne commu­nique pas sur son chiffre d’af­faires, souhaite inves­tir dans le déve­lop­pe­ment d’une tech­no­lo­gie plus avan­cée pour son outil, notam­ment en renforçant l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle de la caméra en cuisine. « Une version plus effi­cace qui four­nira des infor­ma­tions précises sur les aliments jetés, que ce soit des hari­cots verts ou du riz, ou d’autres aliments dans les cuisines des restau­rants, par exemple  », expliquent-ils.

Toucher le secteur hospi­ta­lier

Avec une équipe de 14 colla­bo­ra­teurs, « cette levée de fonds va égale­ment nous permettre d’agran­dir notre équipe et de recru­ter quelques personnes dans le domaine commer­cial à Paris préci­sé­ment ». Depuis deux ans, la société accom­pagne une centaine d’éta­blis­se­ments en France, et « nous avons constaté une réduc­tion moyenne de 20 % du gaspillage alimen­taire dans ces établis­se­ments, une dimi­nu­tion qui peut atteindre 50 % à long terme ». Ces résul­tats motivent les deux diri­geants, qui ont pour ambi­tion d’at­teindre 1000 établis­se­ments d’ici 2027, notam­ment dans les hôpi­taux pour « assu­rer un suivi nutri­tion­nel juste sur les plateaux des patients en chambre ».

Une demande crois­sante

Déjà présente dans certaines régions de France, notam­ment en Île-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes, « nous prévoyons de nous étendre dans les pays voisins. Nous rece­vons des demandes du Luxem­bourg, de la Belgique et même des États-Unis ; nous avons l’in­ten­tion d’y répondre d’ici 2024 ».

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un email à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter