Les rois du luxe à Lyon : Justin Delorme, le nouveau visage

Fils du fondateur du groupe automobile Delorme revendu en 2016, Justin Delorme dirige la concession Symbol Cars à Saint-Fons. Il s’est fait un nom dans les voitures de prestige, d’abord en se spécialisant dans la vente de Porsche, puis en devenant concessionnaire officiel des marques Maserati et McLaren.
Justin Delorme Justin Delorme © DR

Justin Delorme a un nom de famille qui résonne dans l’uni­vers des conces­sions auto­mo­biles lyon­naises. Et pour cause, il est le fils d’Oli­vier Delorme, fonda­teur dans les années 1990 du groupe Delorme qui a réalisé jusqu’à 350 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires par an avant de rece­voir, en 2016, une propo­si­tion de rachat qui ne se refuse pas de la part du géant By My Car.

Alors tout juste tren­te­naire, Justin Delorme, qui s’oc­cu­pait à l’époque de la marque Audi au sein du groupe Delorme, doit « repar­tir de zéro » avec l’épi­sode de la vente du groupe fami­lial. Il commence par tâton­ner : «  Au départ, je me suis relancé avec l’achat-revente de véhi­cules clas­siques comme des Clio ou des Duster, mais ce n’était pas le bon créneau », recon­naît aujourd’­hui l’en­tre­pre­neur de 38 ans.

À lire aussi dans ce dossier : Jean-Louis Maier, puis­sance dix

Passionné de Porsche « depuis toujours », il fait le pari de monter en gamme et de se spécia­li­ser dans la vente de bijoux d’oc­ca­sion de l’écu­rie alle­mande. Le bon choix : sa conces­sion, Symbol Cars, établie à Saint-Fons, est deve­nue une réfé­rence avec près de 200 Porsche écou­lées par an. « Cela n’a pas été simple au début, l’ac­ti­vité a véri­ta­ble­ment décollé depuis la fin de la crise du Covid », rapporte-t-il.

Step by step

Alors qu’il se fait un nom en tant que reven­deur de Porsche, Justin Delorme ressent l’en­vie de rede­ve­nir conces­sion­naire. C’est ainsi qu’il récu­père en 2020, soutenu finan­ciè­re­ment par la holding fami­liale diri­gée par son père, l’ex­ploi­ta­tion de la marque au trident Mase­rati dont se sépa­rait à l’époque Arnaud Gauduel (lire ci-contre).

Une offre orien­tée luxe de Symbol Cars complé­tée en début d’an­née par l’ou­ver­ture — après deux ans de discus­sion avec la marque anglaise — d’un showroom McLa­ren. Une nouvelle montée en gamme et une sorte de graal pour cet amou­reux de F1 : « Ça démarre bien, puisque nous devrions signer des commandes pour près d’une ving­taine de McLa­ren cette année. Avec McLa­ren, notre panier moyen est à près de 300 000 euros, alors qu’il est de 120 000 euros pour le reste de la conces­sion », dévoile Justin Delorme à l’af­fût d’autres construc­teurs de renom à commer­cia­li­ser, « mais il n’y a rien de dispo en ce moment ».

À lire aussi dans ce dossier : Thierry Beau­mont et Ludo­vic Finet, la haute joaille­rie en tandem

Et, surtout, le conces­sion­naire, qui reven­dique ses racines paysannes dans la Loire, déclare vouloir se déve­lop­per « step by step ». « Je me rappelle d’où je viens, je faisais zéro euro de chiffre d’af­faires en 2017 », rappelle Justin Delorme, désor­mais à la tête d’une conces­sion qui emploie 20 colla­bo­ra­teurs et qui devrait réali­ser 36 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires cette année. 

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter