LE MENSUEL DES POUVOIRS LYONNAIS

Les rois du luxe à Lyon : Thomas Vantorre, des nanotechnologies à l’immobilier de luxe

Publié le 9 novembre 2023

Après 20 ans dans les nanotechnologies à Grenoble et en région parisienne, Thomas Vantorre s’est lancé dans l’immobilier de luxe à Lyon et autour du Léman. Il vise aussi les Pierres-Dorées et l’Est lyonnais où vivent de nombreux chefs d’entreprise.

Ingénieur chimiste de formation, Thomas Vantorre a passé 20 ans dans les nanotechnologies à Grenoble et en région parisienne pour le compte de ST Microelectronics. L’idée de créer son entreprise le titillait aussi. L’occasion s’est présentée à lui quand son frère jumeau, patron de Sogelink, lui suggère en 2014 de faire un benchmark autour des acteurs de l’immobilier de luxe à Barcelone, Genève et Paris.

À lire aussi dans ce dossier : Jean-Louis Maier, puissance dix

Le déclic. Bon sang, mais c’est bien sûr ! La voilà, la bonne idée : Thomas Vantorre se pose à Lyon et ouvre une première agence Barnes quai Saint-Antoine en 2015. D’autres suivront à la Croix-Rousse, dans le 6e et à Écully. En 2016, il ouvre aussi Barnes Léman avec une présence à Thonon et Évian-les-Bains. Presque dix ans plus tard, il est à la tête d’une entreprise d’une quarantaine de personnes, disposant d’un contrat de licence avec la marque Barnes. « Nous avons écrit une page de l’immobilier de prestige à Lyon en signant en moyenne deux ventes par semaine à un prix moyen d’un million d’euros », constate-t-il.

Toit-terrasse piscine à trois millions d’euros

 « Nous avons créé un marché qui n’existait pas, avec une nouvelle approche très qualitative à tous les niveaux, y compris quant aux photos et aux images des biens à vendre, en utilisant des drones. Nous sommes des conseils en matière d’immobilier de qualité. Au lac Léman, nous avons vendu une propriété à 33 millions d’euros. Ici à Lyon, nous avons déjà vendu des propriétés et des biens de prestige à cinq millions ou un appartement toit-terrasse piscine à trois millions d’euros », ajoute le patron de Barnes à Lyon.

À lire aussi dans ce dossier : Madelijn Vervoord, la signature internationale

Hôtels particuliers donnant sur le parc de la Tête-d’Or, châteaux dans le Beaujolais, maison-bulle à Fontaines-sur-Saône, la liste des biens vendus par l’équipe de Thomas Vantorre concerne aussi des appartements avec des tarifs plus raisonnables, à 200 000 ou 300 000 euros. « Nous visons le prestige et l’excellence dans l’accompagnement du client, sans forcément être toujours dans des gammes de prix les plus élevés. Nous luttons d’une certaine manière contre l’image d’un Barnes synonyme de luxe », précise Thomas Vantorre.

Changer l’image de l’agent immobilier

Quant aux honoraires de l’agence, ils sont de l’ordre de 4 à 5 %, comme pour les autres acteurs du secteur. « Nous voulions faire de l’immobilier de façon différente avec une éthique et une certaine humilité. C’est un métier qui impose une disponibilité permanente, sept jours sur sept. Nous voulons aussi changer l’image de l’agent immobilier en jouant la carte de la transparence. Grâce à quoi, nous attirons de beaux projets », indique-t-il.

À lire aussi dans ce dossier : Nicolas Fafiotte, le couturier des stars

Parmi ses projets, la volonté de se développer dans l’Est lyonnais où vivent un certain nombre de chefs d’entreprise, mais aussi dans le Beaujolais et les Pierres-Dorées. Deux développements assurés depuis Lyon, sans création d’agence en tant que telle. Parallèlement à cela, Thomas Vantorre a racheté la régie Malsch avec l’idée de prendre aussi pied dans l’immobilier d’entreprise. 

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un émail à [email protected]. Merci beaucoup !

dans la même catégorie
Articles les plus lus
Consent choices