Les rois du luxe à Lyon : Xavier Lépingle, l’homme d’Her­mès 

À la tête de la Holding Textile Hermès (HTH), la filière textile intégrée du groupe de luxe, Xavier Lépingle a décroché un investissement majeur de près de 60 millions d’euros pour le site historique de Pierre-Bénite où sont imprimés les iconiques carrés Hermès. À la clé, deux nouvelles lignes d’impression.
Xavier Lépingle Xavier Lépingle © DR

Deux ans après la réno­va­tion de son maga­sin de la rue Édouard-Herriot, Hermès a confirmé de manière spec­ta­cu­laire la place centrale de Lyon dans le dispo­si­tif indus­triel du groupe bâti par la famille Dumas depuis 1837. À Pierre-Bénite, ce sont au total près de 60 millions d’eu­ros (chiffre non confirmé par Hermès) qu’Her­mès a inves­tis dans l’agran­dis­se­ment de son site histo­rique.

Avec, à la clé, le regrou­pe­ment et l’ex­ten­sion des espaces de travail et de produc­tion, ainsi que l’ins­tal­la­tion d’une nouvelle ligne d’im­pres­sion des fameux carrés Hermès de 90 x 90 cm, inau­gu­rée en juillet dernier. Cette dernière sera complé­tée par une seconde ligne l’an prochain « afin de pour­suivre la démarche d’in­no­va­tion de la filière et de contri­buer au déve­lop­pe­ment du savoir-faire d’im­pres­sion au cadre “à la lyon­naise”, emblé­ma­tique de la maison ».

➔ À lire aussi dans ce dossier : Arnaud Gauduel, le garant du mythe Ferrari

Les ateliers de Pierre-Bénite abritent des acti­vi­tés d’im­pres­sion, de fini­tion textile et d’en­no­blis­se­ment. Soit, au total, trois bâti­ments arti­cu­lés autour de patios liés entre eux par une passe­relle aérienne favo­ri­sant les syner­gies entre les arti­sans et les colla­bo­ra­teurs de l’en­semble des métiers de la filière.

Ancrage terri­to­rial

Pour Xavier Lépingle, le président de HTH, qui regroupe la filière textile inté­grée du géant du luxe, c’est une jolie recon­nais­sance pour Lyon, berceau de la soie et du textile français. Au passage, Hermès réaf­firme son ancrage terri­to­rial et renforce une entité qui compte 950 colla­bo­ra­teurs, dont plus de 600 arti­sans.

À l’in­ves­tis­se­ment indus­triel, s’ajoute aussi un inves­tis­se­ment humain avec la créa­tion de 120 emplois d’ici à 2026. La stra­té­gie de recru­te­ment et de forma­tion d’HTH est conduite avec le Pôle Emploi d’Oul­lins et de Bour­goin-Jallieu (où HTH possède d’autres sites), mais aussi avec la Maison métro­po­li­taine d’in­ser­tion pour l’em­ploi et plusieurs écoles du bassin lyon­nais (lycée La Marti­nière-Dide­rot, Itech, Ecam…).

Les forma­tions de l’École du textile d’Her­mès – ETH – sont desti­nées à des hommes et des femmes de tous âges, sans quali­fi­ca­tion ou en recon­ver­sion. Et elles concernent les métiers du tissage, de la gravure, de la tein­ture et de l’im­pres­sion, mais aussi de la confec­tion. Des métiers qui réclament un savoir-faire d’ex­cel­lence avec une trans­mis­sion indis­pen­sable de la part des arti­sans. Car Hermès ne se contente pas de fabriquer ses carrés iconiques.

À lire aussi dans ce dossier : Chris­tophe Gruy, l’en­vol de la galaxie Maïa

Les formats et les objets impri­més sont multiples : cela va des cravates aux châles en passant par les pièces de prêt-à-porter et les draps de bain. Avec la possi­bi­lité de jouer sur un nuan­cier de plus de 75 000 teintes. Par ailleurs, HTH, qui a décro­ché l’an dernier le label d’En­tre­prise du patri­moine vivant, s’est enga­gée dans une démarche d’éco­cons­truc­tion avec des maté­riaux écola­bel­li­sés et des matières biosour­cées. 

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un email à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Remonter