Pourquoi Laurent Cons­tan­tin cède le capi­tal d’Acti

Le patron d'Acti s'adosse à l'entrepreneur bordelais Edward d'Etat qui prend 80% des parts de l'agence web lyonnaise.
Edward d'Etat et Laurent Constantin Edward d'Etat et Laurent Constantin © DR

Après plus de 20 ans d’in­dé­pen­dance, Laurent Cons­tan­tin ouvre une nouvelle page de l’agence digi­tale Acti (20 colla­bo­ra­teurs, 2,6 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires par an) en s’ados­sant à l’en­tre­pre­neur Edward d’Etat qui possède déjà deux agences de commu­ni­ca­tion à Bordeaux et une à Toulouse.

Une « opéra­tion stra­té­gique » selon Laurent Cons­tan­tin, patron d’Acti depuis 2001, qui avait annoncé à ses équipes il y a un an sa volonté de trou­ver un parte­naire avec qui se rappro­cher.

« Acti est une agence de taille moyenne, et l’on se retrouve, depuis le covid, concur­rencé à la fois par des free­lance et des grosses agences. Quand on est au milieu, on n’est pas au bon endroit », décrypte-t-il, alors qu’Acti a compté jusqu’à près de 50 colla­bo­ra­teurs en 2017, avant de réduire la voilure suite à la reprise de l’agence lyon­naise C2iS qui ne s’est pas révé­lée aussi vertueuse qu’es­pé­rée, puis de l’im­pact de la crise sani­taire.

« La rencontre de deux entre­pre­neurs »

S’il dit n’avoir « pas donné suite à plusieurs propo­si­tions de rachat de la part de gros groupes », Laurent Cons­tan­tin parle avec Edward d’Etat d’une « rencontre de deux entre­pre­neurs qui ont une vision commune sur le numé­rique respon­sable ».

Et de pour­suivre : « Ce rappro­che­ment doit permettre une accé­lé­ra­tion d’Acti en ayant accès à de nouveaux terri­toires et de nouvelles exper­tises grâce aux compé­tences des trois premières agences d’Ed­ward d’Etat ».

Avec l’in­té­gra­tion d’Acti dont il détient désor­mais 80% des parts, le Borde­lais se retrouve à la tête d’un groupe de 65 colla­bo­ra­teurs qui réalise envi­ron 9 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires par an. « Edward m’a contacté via LinkedIn car il avait iden­ti­fié Acti et m’a demandé si on pouvait discu­ter sans même savoir que je cher­chais juste­ment à m’ados­ser », raconte Laurent Cons­tan­tin qui conserve 20% du capi­tal et reste à la direc­tion de l’agence lyon­naise.

« Je reste à la direc­tion de l’équipe d’Acti, l’agence ne va pas chan­ger de modèle et garde son nom. L’idée, c’est simple­ment de se dire que l’on va plus loin à plusieurs », conclue-t-il.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter