Thomas Fontaine, spécia­liste de la nage en eau libre

Le directeur général de Keolis Lyon est un spécialiste de la nage en eau libre. Avec des entraînements chaque semaine dans le bassin de Miribel-Jonage et au départ de nombreuses courses sur le Rhône, dans les calanques de Marseille, en Italie et même au Québec.
Thomas Fontaine Thomas Fontaine © ThierryMarsick

C’est d’abord l’his­toire d’un pari perdu. Char­rié en janvier 2013 par les vété­rans de son club de rugby à Saint-Genis-Laval, Thomas Fontaine, le direc­teur géné­ral de Keolis Lyon (depuis septembre 2022), doit alors se résoudre à enfi­ler ses palmes pour la Traver­sée de Lyon à la nage.

Cette course emblé­ma­tique se tient chaque année dans le froid hiver­nal et rassemble près de 400 parti­ci­pants sur un parcours de 9 kilo­mètres, entre la Cité Inter­na­tio­nale à la Cité Scolaire Inter­na­tio­nale. « J’y suis allé sans véri­table prépa­ra­tion mais le fait de nager en milieu natu­rel m’a tout de suite séduit. J’ai depuis petit un atta­che­ment profond pour le Rhône, et le fait de le descendre à la nage était aussi symbo­lique pour moi », rejoue-t-il dix ans plus tard.

➔ En vidéo 🎥 : Thomas Fontaine (Keolis) : « Ce n’est jamais agréable d’en­­tendre dire qu’on s’est endor­­mis »

À l’ar­ri­vée, le diri­geant rencontre Alain Barru­cand, sommité lyon­naise du milieu de la nage avec palmes. « C’est lui qui m’a donné envie de conti­nuer dans ce sport. C’est un vrai compé­ti­teur, qui parle et conseille beau­coup. C’est lui qui m’a donné cette passion de la nage en eau libre, il est ensuite devenu notre entraî­neur avec une bande de copains nageurs.  »

Thomas Fontaine s’en­traîne à Miri­bel-Jonage

L’an­née suivante, Thomas Fontaine renou­velle alors l’ex­pé­rience sur le Rhône. Il parti­cipe ensuite au défi Monte-Cristo, du château d’If à la plage du Prado, à Marseille en 2015 et s’en­gage sur la traver­sée du lac Massa­wippi près de Montréal en 2016.

En 2018, il est au départ d’une course dans la Baie des Chaleurs au large du Québec l’an­née suivante. « Para­doxa­le­ment, c’est plus simple de nager dans des eaux froides même s’il faut être prêt à rentrer dans des eaux à moins de 10 degrés », éclaire-t-il avec sa paire de palmes soigneu­se­ment rangée dans son sac à dos.

Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, le diri­geant rejoint chaque semaine le bassin de Miri­bel-Jonage pour s’en­traî­ner avec une quin­zaine d’amis. « Le tour du lac fait 12 kilo­mètres mais nous faisons prin­ci­pa­le­ment des entraî­ne­ments de 4 ou 5 kilo­mètres. Ce sont des moments superbes, dans un envi­ron­ne­ment natu­rel au milieu des perches, des brochets, des sandres, des écre­visses et même des silures, des animaux très paisibles. »

Le nageur s’en­traîne aussi régu­liè­re­ment dans le lac d’Ai­gue­be­lette ou à Anse, sur le plan d’eau du Colom­bier. « Le fait de nager dans la nature, dans des milieux variés, ça permet de décom­pres­ser, de décon­nec­ter complè­te­ment et faire le vide. Récem­ment, je suis allé nager en mer avec des copains marseillais. Les jours de tempête, c’est grisant. »

Il connaît les piscines lyon­naises sur le bout des doigts

Amou­reux de la nage en eau libre, Thomas Fontaine est aussi habi­tué des piscines lyon­naises. « Je les connais toutes. Bron, Villeur­banne, Oullins, Vaise, Piscine du Rhône… Je peux même vous dire là ou le bonnet est obli­ga­toire ou non, donc les collègues se moquent parfois de moi. La piscine c’est bien, mais il y a du monde et vous n’avez pas la chance de décou­vrir des envi­ron­ne­ments aussi variés…  »

Le diri­geant s’est d’ores et déjà inscrit pour la prochaine descente du Rhône en janvier — après avoir remporté l’épreuve par équipe avec la « Team TCL » l’an passé —, et sera au départ de la descente de la Marne à Eper­nay le 1er mai. «  Le rêve, ce serait de parti­ci­per à la plus emblé­ma­tique des courses, à Istan­bul, dans le détroit du Bosphore, d’un conti­nent à l’autre. Ça se prépare mais je compte bien la faire un jour. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un email à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter