Barreau de Lyon : Alban Pous­set-Bougère et Sara Kébir élus avec 51,8% des voix

C’est le binôme Alban Pousset-Bougère-Sara Kébir qui l’emporte avec 92 voix d’avance sur Jean-François Barre-Valérie Giet à l’issue d’une courte campagne. A noter, un bon niveau de participation : 60,6% des avocats ont voté. Le bâtonnier et sa vice-bâtonnière ont 23 mois pour mettre en place les 72 mesures annoncées dans la campagne.
Alban Pousset-Bougère et Sara Kébir Alban Pousset-Bougère et Sara Kébir © Olivier Ramonteu

Sans surprise, c’est à un résul­tat serré qu’a donné lieu, ce mardi, la confron­ta­tion pour l’élec­tion du bâton­nier et de la vice-bâton­nière du barreau de Lyon. Un scru­tin inha­bi­tuel à cette période de l’an­née, qui fait suite à la démis­sion le 8 novembre dernier d’Yves Harte­mann, le bâton­nier élu en 2022.

Avec deux binômes de qualité et à l’is­sue d’une courte campagne marquée, entre autres, par un débat de plus de 2 heures le 23 janvier, jugé de très bonne facture par les avocats présents, c’est donc le binôme consti­tué d’Al­ban Pous­set-Bougère et Sara Kébir qui l’a emporté tota­li­sant 1 318 voix (51,8%) distançant Jean-François Barre et Valé­rie Giet (48,2%) de 92 voix.

« Déçu pour Valé­rie Giet »

Un écart infime mais qui ne souffre d’au­cune contes­ta­tion. Très fair play, Jean-François Barre, vice-bâton­nier sortant auprès de Marie-Josèphe Laurent, adresse « ses féli­ci­ta­tions aux vainqueurs. Je suis déçu surtout pour Valé­rie Giet qui est une femme pleine de courage et de volonté. J’au­rais aimé l’amené à la victoire, mais je souhaite bonne chance à Alban et Sara ». N’est-ce pas rageant d’échouer de si peu ? « Je suis de nature assez placide. Il y a eu une belle campagne, dyna­mique et moderne. On a donné le ton avec l’autre binôme des futures campagnes pour le bâton­nat, ce seront des campagnes 2.0 ».

Quant à Alban Pous­set-Bougère, tout sourire aux côtés de Sara Kébir, il ne cache pas « sa joie et sa fierté pour le barreau de Lyon qui a su montrer avec ses 4 000 avocats, qu’il savait orga­nisé une campagne rapi­de­ment avec des candi­dats de qualité. Tout le monde s’est mobi­lisé. Et le débat n’a pas tourné autour de ques­tions de personnes mais sur des projets. Notre projet pour le barreau de Lyon met joue la carte de la trans­pa­rence, de l’ou­ver­ture aux confrères. Nous voulons qu’ils sachent ce qui se passe à l’Ordre. On ne peut pas réali­ser ses projets tous seuls ».

23 mois pour 72 mesures

Qu’est-ce qui a fait la diffé­rence alors entre les deux binômes ? « Sans doute, notre projet d’ou­ver­ture. On a monté notre projet en quelques semaines et on a tout misé là-dessus ». Et Sara Kébir de conclure : « on a 23 mois pour mettre en place les 72 mesures de notre programme. Ça va aller très vite ! ». Dès demain, le binôme élu va rencon­trer le bâton­nier par inté­rim, Serge Deygas, pour trans­mettre les dossiers en cours et prendre ses fonc­tions sans tarder.

Parmi les 72 mesures, les 3 que le binôme élu souhaite promou­voir en prio­rité concerne la publi­cité des débats du conseil de l’ordre, mais aussi l’idée de d’or­ga­ni­ser une perma­nence du bâton­nier et du vice-bâton­nier à laquelle les confrères puissent se rendre sans rendez-vous et de façon anonyme. Enfin, la notion d’un binôme VRP des avocats dans ses rela­tions avec le monde exté­rieur revient avec insis­tance.

53 et 35 ans, âges inver­sés

A 53 ans, Alban Pous­set-Bougère, patron de Cornet Vincent Ségu­rel à Lyon, arrive au bâton­nat comme un héri­tier d’Adrien-Charles Dana qui s’était rappro­ché du cabi­net nantais lors de son arri­vée entre Rhône et Saône. Quant à Sara Kébir, 35 ans, elle est passée par CVS avant de créer son propre cabi­net à Dardilly.

Co-prési­dente de la commis­sion de déon­to­lo­gie après avoir repré­sen­tante du jeune barreau, elle est déjà très impliquée dans les instances ordi­nales alors qu’elle n’a prêté serment qu’en décembre 2015. Alban Pous­set-Bougère affiche, de son côté, 15 ans de présence dans les instances ordi­nales. Une double impli­ca­tion avec, en plus, l’al­liance de l’ex­pé­rience et de la jeunesse. Autant d’élé­ments qui ont joué certai­ne­ment dans le choix des avocats lyon­nais.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter