Édito. Ode aux atypiques

Laurent Abitbol, Philippe Oddou, Jean-Loup Rogé, Pierre-Luc Barbe, Fabrice Faure, Simon Hoayek et Maud Charaf

La preuve par 7. Que peuvent bien avoir en commun 7 des déci­deurs à l’hon­neur dans ce premier numéro de l’an­née de Lyon Déci­deurs ? Chacun, à leur façon, qu’il s’agisse de Laurent Abit­bol, Philippe Oddou, Jean-Loup Rogé, Pierre-Luc Barbe, Fabrice Faure, Simon Hoayek ou bien encore Maud Charaf, ils sont tous, dans leur domaine, atypiques. Diplô­més ou auto­di­dactes, entre­pre­neurs dans l’âme, à la recherche de sens pour leur entre­prise, soucieux du collec­tif, ils n’ont pas hésité à casser les codes dans leur carrière.

C’est Philippe Oddou qui préfère jouer un rôle d’en­tre­pre­neur social que de prendre la suite de son père à la tête de l’ins­ti­tut de sondages CSA. Ou comment réus­sir l’in­ser­tion par le sport dans les quar­tiers diffi­ciles.

C’est Jean-Loup Rogé qui fait coha­bi­ter sous un même toit des experts-comp­tables, des avocats, des notaires, des huis­siers, des consul­tants et des recru­teurs. Ou comment trans­for­mer un groupe
pluri­pro­fes­sion­nel en entre­prise à mission.

C’est aussi Pierre-Luc Barbe qui, après une vie trépi­dante dans l’in­dus­trie auto­mo­bile, le numé­rique ou le bâti­ment a l’im­pres­sion de voir les chiffres se vider de leur sens. Ou comment choi­sir, à 50 ans, de prendre « un aller simple vers le social » en prenant la direc­tion d’Ha­bi­tat & Huma­nisme Rhône et en assu­rant qu’il n’y aura pas de retour en arrière.

C’est encore Maud Charaf, long­temps dans l’ombre, qui se retrouve propul­sée à la tête de l’in­cu­ba­teur de la Caisse d’épargne Rhône-Alpes, le Hub612, et explique, avec son franc-parler un peu déton­nant, avoir « besoin de reni­fler le cul des entre­pre­neurs »…

C’est, enfin, Laurent Abit­bol qui a trans­formé la petite agence de voyages de son père en n° 1 du tourisme pesant plus de 2 milliards d’eu­ros de volume d’af­faires.

Ils tracent leur route. Savent mobi­li­ser leurs équipes. Disposent d’une éner­gie incom­pa­rable. Ne laissent personne indif­fé­rent. Agacent les uns, sont adorés par les autres. Ne courent pas après les honneurs. Placent l’en­tre­prise ou la cause qu’ils défendent au-dessus de leur personne.

Bref, ce sont des déci­deurs atypiques. Bonne année à eux et à vous tous.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter