Loïc de Villard présente un bilan 2023 diffi­cile pour l’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise

Le président de la FNAIM Entreprises du Rhône, Loïc de Villard, présentait ce jeudi, depuis la nouvelle tour To-Lyon au cœur de la Part-Dieu, les chiffres de l’année 2023 pour l’immobilier d’entreprise. Et le bilan n’est guère réjouissant.
Loic de Villard ©Capture d'écran FNAIM Entreprises

Le marché de l’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise fait grise mine. Le président de la FNAIM Entre­prises du Rhône, Loïc de Villard, a dressé ce jeudi matin le bilan d’une année 2023 compliquée pour les profes­sion­nels du secteur, rassem­blés en nombre dans la nouvelle tour To-Lyon au cœur de la Part-Dieu.

« La crois­sance est molle puisqu’on constate une forme d’at­ten­tisme chez les utili­sa­teurs liée au télé­tra­vail ou au flex-office, et les taux direc­teurs n’in­citent pas les entre­prises à inves­tir », a-t-il expliqué devant plus de 300 personnes, dont la 1e vice-prési­dente de la Métro­pole, Emeline Baume, dans l’es­pace restau­ra­tion de ce nouvel édifice haut de 170 mètres (80 000 m2 de surface dont 66 000 m2 de surface de bureaux), déjà investi par les équipes d’Api­cil, EDF, Spaces ou Deloitte.

➔ À lire aussi : À côté de la tour To-Lyon, le Pull­­man joue la carte busi­­ness

Le marché des bureaux s’ef­fondre

Lors des douze derniers mois, 248 000 m2 de bureaux ont été commer­cia­li­sés dans l’en­semble de la région lyon­naise, soit une baisse de 24% de la demande placée sur un an (325 000 m2 de bureaux placés en 2022). L’an­née 2023 fait aussi moins bien que 2021 (290 000 m2), et reste en dessous de la moyenne décen­nale.

« On note une volonté des entre­prises de bouger mais le contexte global n’in­ci­tait pas à la prise de déci­sion  », explique-t-on du côté de la FNAIM Entre­prises. Parmi les 530 tran­sac­tions réali­sées l’an passé, aucune ne dépasse les 10 000 m2 — les fameux mega-deals — et seule­ment 46 sont supé­rieures à 1 000 m2.

Les quar­tiers privi­lé­giés restent la Part-Dieu (82 tran­sac­tions), l’Est du Grand Lyon (43 tran­sac­tions) et la Confluence (28 tran­sac­tions), où le groupe inter­na­tio­nal d’en­sei­gne­ment supé­rieur Gali­leo Global Educa­tion, déjà action­naire d’em­lyon, doit s’im­plan­ter sur près de 8 000 m2. 

Les locaux d’ac­ti­vité se déve­loppent hors de la Métro­pole

La demande placée pour les surfaces logis­tiques s’ef­fondre aussi de 36% en un an et atteint 257 000 m2 (15 tran­sac­tions) en 2023 contre 450 000 m2 (22 tran­sac­tions) en 2022. Seules trois tran­sac­tions dépassent les 30 000 m2 cette année. 

Enfin la commer­cia­li­sa­tion des locaux d’ac­ti­vité reste stable à 333 000 m2 placés en 2023, avec 9 tran­sac­tions supé­rieures à 5 000 m2. « On constate que 7 des 10 plus grandes implan­ta­tions se font à l’ex­té­rieur de la Métro­pole. 45% des tran­sac­tions sont hors du terri­toire métro­po­li­tain », avance la FNAIM Entre­prises.

Loïc de Villard (à droite), avec Emeline Baume (Métro­pole de Lyon) et Grégory Fouque (FPI Lyon)

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter