Pascal Richard, président d’Aura Digi­tal Solaire : « Le solaire est compé­ti­tif »

Aura Digi­tal Solaire fédère plus de 100 entre­prises de la filière solaire, de la recherche à la distri­bu­tion, en passant par l’in­dus­trie. Un secteur qui emploie 2 500 personnes dans la région et pèse 1,5 milliard d’eu­ros. À l’échelle natio­nale, le solaire repré­sente 20 000 emplois. « Ce sera 50 000 emplois en 2030 et 100 000 en 2050 », précise Pascal Richard. Soucieux d’ac­cé­lé­rer le déve­lop­pe­ment de cette éner­gie, il rappelle que « le solaire est compé­ti­tif » et se « déploie rapi­de­ment ».

Alors que la France et l’Eu­rope sont enga­gées dans une poli­tique de reconquête de leur souve­rai­neté indus­trielle en matière de fabri­ca­tion de panneaux solaires, Pascal Richard ne cache pas les diffi­cul­tés liées au phéno­mène de surca­pa­cité et de dumping des Chinois. Mais il souligne les efforts stra­té­giques enga­gés.

Et rappelle notam­ment les actions enga­gées en direc­tion des ETI (entre­prises de taille inter­mé­diaire) de la Région lors d’une réunion récente en parte­na­riat avec Auvergne-Rhône-Alpes Entre­prises pour les inci­ter à faire plus large­ment appel à l’éner­gie solaire. « Beau­coup d’en­tre­prises peuvent arri­ver à 20 à 30% d’au­to­con­som­ma­tion », précise Pascal Richard.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter