Le quar­tier de… Thomas Zimmer­mann, son monde à part sur les Berges du Rhône

Thomas Zimmer­mann est le co-fondateur de Nomad Kitchens, l’en­tre­prise à l’ori­gine du Lyon Street Food Festi­val. Depuis juillet 2023 il est également co-dirigeant du Velcroc - un concept de bistro-vélo, mêlant espace restau­ra­tion et atelier de répa­ra­tion - dans un quartier qu'il définit depuis plus de 15 ans comme son monde à part.
Thomas Zimmermann Thomas Zimmermann © Éline Dany

Au croi­se­ment des routes cyclistes et des rencontres humaines, les Berges du Rhône semblent être un univers à part pour Thomas Zimmer­mann le proprié­taire du Velcroc, situé sur la rive gauche des quais du Rhône au 18 quai géné­ral Sarrail. Il est aussi un cycliste passionné qui a arpenté maintes fois ces lieux en tant qu’é­tu­diant, avant de s’en éloi­gner pendant 12 ans.

Thomas Zimmer­mann affec­tionne ce quar­tier emblé­ma­tique, devenu son fil conduc­teur entre le Lyon Street Food Festi­val et son ancien chez-soi à la Croix-Rousse. « Ce quar­tier, moi je le connais bien donc c’est parfait qu’on ait installé notre projet ici. On est ni dans le 6e très bour­geois ni dans le 7e très popu­laire il y a vrai­ment un mix de tout », sourit Thomas Zimmer­mann, souli­gnant son lien intime avec les Berges du Rhône.

Pour lui, l’at­trait parti­cu­lier de cet endroit réside dans le rapport à l’eau, offrant une échap­pa­toire visuelle des immeubles omni­pré­sents dans d’autres quar­tiers lyon­nais. « C’est un lieu hyper lumi­neux. J’aime arri­ver ici le matin et avoir la chance d’être dans un lieu si beau », confie-t-il.

Un havre de paix au cœur de la ville

Compa­rant son quar­tier à d’autres quar­tiers de Lyon, Thomas Zimmer­mann souligne la quié­tude qui règne ici. « Dans le quar­tier de la Part-Dieu, il y a de gros bâti­ments. Dans le centre-ville, il y a beau­coup de monde. Ici, ça respire. C’est presque comme à la campagne », exprime-t-il.

La simpli­cité, avec moins de bâti­ments, des espaces plus larges, une grande piste cyclable, et la possi­bi­lité de pique-niquer, crée d’après lui une ambiance apai­sante. « C’est un monde à part. Il y a des arbres partout et de grands champs d’herbe au bord de l’eau », décrit le patron du Velcroc.

Reflet d’une trans­for­ma­tion marquante, Thomas Zimmer­mann évoque aussi le passé des Berges du Rhône. « Quand j’étais étudiant, les berges étaient des parkings à voitures », se souvient-il. Aujourd’­hui, ces mêmes quais sont deve­nus des havres de paix pour les piétons et les amateurs de pique-nique, créant d’après lui une véri­table syner­gie entre la ville et la nature.

Ses bonnes adresses

  • Rakwé : « C’est un coffee shop qui propose beau­coup de cafés diffé­rents, j’adore c’est trop cool. La vendeuse est gentille en plus donc je vais souvent prendre mon petit café du matin à cet endroit. »11 cours Lafayette, 69006 Lyon
  • Café du Rhône : « Quand on a envie de manger sans chichi mais bien il faut aller là-bas, je ne saurais recom­man­der mieux dans le quar­tier. » 23 Quai Victor Auga­gneur, 69003 Lyon
  • Atelier Du Quai : « C’est une boutique où tu peux faire broder un t-shirt, un cous­sin, une casquette avec le dessin de ton choix. C’est assez rapide en plus, une heure ou deux je pense et ils brodent sur place en direct c’est vrai­ment très sympa. » 5 Quai du Géné­ral Sarrail, 69006 Lyon

Ce qu’il adore

  • S’al­lon­ger sur une plage de sable fin l’été. «  Il y a une petite plage de sable fin sur les quais, c’est une zone assez secrète, elle est juste après le Pont de Lattre-de-Tassi­gny. Dès qu’il fait beau, je prends mon vélo et je vais manger là mon petit sand­wich le midi. »
  • Les grandes balades à vélo au départ du quar­tier. « En partant d’ici, de ce quar­tier, on peut aller de la pointe de la Confluence jusqu’à Beynost. C’est vrai­ment top. »

Ce qu’il aime moins

  • L’en­tre­tien des berges du Rhône. «  Il y a des visi­teurs pas toujours très respec­tueux de la nature, tous les jours dès le matin il y a des cadavres de bouteilles, c’est pas terrible. Il faudrait inci­ter les gens à mettre leur déchets dans les bennes, ça n’em­pêche pas le côté « beuve­rie » mais il faut qu’il y ait un petit effort sur l’en­tre­tien des quais. »
Consent choices
Remonter