Laurent Wauquiez recase d’an­ciens élus au Ceser

Antoine Quadrini et Laurent Wauquiez Antoine Quadrini derrière Laurent Wauquiez sur la photo © DR

C’est le jeudi 11 janvier que commence la nouvelle manda­ture du conseil écono­mique, social et envi­ron­ne­men­tal régio­nal (CESER) Auvergne-Rhône-Alpes. L’ins­tal­la­tion aura lieu au siège de la Région en présence de la préfète Fabienne Buccio et du président LR de la région, Laurent Wauquiez.

➔ À lire aussi : Le Ceser comment ça marche ?

Sans surprise, le président sortant de l’ins­ti­tu­tion consul­ta­tive Antoine Quadrini, qui siège au CESER depuis 2003, devrait être réélu pour un nouveau mandat de 6 ans. L’élec­tion a été bien verrouillée puisqu’il s’est fait dési­gner, tout comme son 1er vice-président, Laurent Caruana, par la préfète de région, sur le contin­gent des 7 person­na­li­tés quali­fiées nommées direc­te­ment par la repré­sen­tante de l’État.

➔ À lire aussi notre dossier : Bataille pour le pouvoir au Ceser

D’autres nomi­na­tions ont été souf­flées par Laurent Wauquiez comme lot de conso­la­tion pour d’an­ciennes élues régio­nales non recon­duites en 2021, telles que Florence Verney-Carron, l’an­cienne vice-prési­dente culture entre 2016 et 2021. Idem pour la centriste Anne Pellet.

Laurent Wauquiez a fait nommer égale­ment Martine Collonge, ancienne direc­trice régio­nale d’Eu­ro­next puis délé­guée géné­rale de Lyon Pôle Bourse et aujourd’­hui délé­guée régio­nale de l’As­so­cia­tion française du family office (AFFO). Une nomi­na­tion qui a surpris, Martine Collonge se montrant très critique jusqu’a­lors sur le Ceser. « C’est vrai que j’ai pu critiquer le CESER. Mais, au moins, main­te­nant, je vais pouvoir me faire un avis, en voyant comme il fonc­tionne, de l’in­té­rieur » explique Martine Collonge.

À noter, parmi les repré­sen­tants de la CPME, l’ar­ri­vée d’Em­ma­nuel Imber­ton, l’an­cien président de la CCI Lyon ou bien encore de Valé­rie-Anne Javelle et Philippe Gleran, au titre du Medef.

Au sein du collège 2, l’in­ter­syn­di­cale soute­nant la candi­da­ture du cédé­tiste, Jean-Marc Guil­hot, a vu son unité se lézar­der entre Noël et le jour de l’An. Après le départ cet automne de FO, c’est au tour des 6 élus de la CFE-CGC de se reti­rer. Jean-Marc Guil­hot ne peut plus comp­ter que sur un bloc de 45 voix.

Même s’il grapille quelques voix isolées dans le 1 er et le 3 e collège, il sera forcé­ment loin des 96 voix néces­saires pour être élu si la tota­lité des 190 membres du CESER parti­cipent au vote.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter