Le parcours de Pierre-Luc Barbe : un aller-simple vers le social

Pierre-Luc Barbe est le nouveau directeur d’Habitat et Humanisme Rhône. La nouvelle étape d’un parcours atypique, qui l’aura mené du bassin sidérurgique américain, à l’industrie automobile et au monde du numérique, en passant par les années galères dans le bâtiment.
Pierre-Luc Barbe Pierre-Luc Barbe © DR

Des chiffres vides de sens

C’est l’his­toire d’un virage à 180 degrés, du monde de l’en­tre­prise au monde asso­cia­tif, encou­ragé par une profonde quête de sens. À tout juste 50 ans, Pierre-Luc Barbe est le nouveau direc­teur d’Ha­bi­tat et Huma­nisme Rhône, l’as­so­cia­tion qui œuvre en faveur du loge­ment et de l’in­ser­tion des personnes en diffi­culté (200 sala­riés, 1 000 béné­voles, 12 000 personnes accom­pa­gnées dans le Rhône). « Je me ques­tion­nais depuis plusieurs mois sur mon métier de chef d’en­tre­prise. Je voyais les chiffres se vider de leur sens. J’avais envie de faire autre chose, d’agir pour ceux qui n’ont pas eu les mêmes chances que moi. »

Poussé par sa compagne, avec qui il œuvre pour l’as­so­cia­tion comme proprié­taire-bailleur soli­daire depuis 2021, le diri­geant envoie sa candi­da­ture et rédige sa première lettre de moti­va­tion depuis 20 ans. « Je ne savais plus comment faire. J’ai dû aller voir des modèles sur inter­net. Ensuite, au fil des entre­tiens, j’ai pris conscience qu’a­vec mon parcours, j’avais les compé­tences pour animer une struc­ture comme Habi­tat et Huma­nisme.  »

De fran­chi­seur à fran­chisé

Ce parcours démarre dans les années 90, à Pitts­burgh, au cœur du bassin sidé­rur­gique améri­cain, pour le compte du groupe Vallou­rec, fabri­cant français de tubes en acier. À 23 ans, Pierre-Luc Barbe gère l’im­port des tubes venus d’Eu­rope, puis super­vise le déve­lop­pe­ment commer­cial du groupe en Asie du Sud-Est et en Angle­terre. Après une pige de trois ans dans une PME sidé­rur­gique à Saint-Priest pour rompre avec cette vie menée dans les hôtels et les avions, il est débau­ché par le groupe améri­cain Worthing­ton Cylin­ders et travaille en lien avec l’in­dus­trie auto­mo­bile. Sala­rié modèle, Pierre-Luc Barbe rêve d’en­tre­prendre et fonde Réno­vert en 2007, à Valence.

La société se spécia­lise dans la réno­va­tion éner­gé­tique des bâti­ments, portée par une offre de bouquets de travaux, des études jusqu’à la réali­sa­tion. « À l’époque, on ne parle pas encore beau­coup de réno­va­tion éner­gé­tique. Il faut donc évan­gé­li­ser, convaincre et se faire une place dans la famille du bâti­ment. »

La jeune entre­prise déve­loppe un réseau de fran­chises, reçoit de belles distinc­tions et s’adosse en 2010 au groupe Maisons France Confort, leader de la construc­tion de maisons en France. « Un super coup, sauf que la greffe ne prend pas. Je dois revendre la boîte en 2012, et je m’ar­range pour reprendre les premières agences, celles de Valence et Lyon. Je deviens donc fran­chisé de Réno­vert, la marque que j’avais créée. »

Le diri­geant sort fina­le­ment du réseau au bout d’un an pour rejoindre le groupe Opti­réno, son ancien concur­rent. « Je prends rapi­de­ment la direc­tion géné­rale mais la période est compliquée. Mon plan de restruc­tu­ra­tion est refusé, je suis lessivé. Je démis­sionne de tous mes mandats à la fin de l’été 2017. »

Boucler la boucle

Après dix années éprou­vantes dans la réno­va­tion éner­gé­tique, il rejoint Renta­load, la filiale d’un ancien client spécia­li­sée dans la loca­tion d’équi­pe­ments élec­triques pour tester les infra­struc­tures des data-centers. « Je n’y connais rien du tout mais c’est un nouveau départ, une nouvelle aven­ture entre­pre­neu­riale.  »

Le diri­geant mise sur l’ex­port, ouvre des filiales aux quatre coins d’Eu­rope et fait grim­per le chiffre d’af­faires de 900 000 à 6 millions d’eu­ros en quelques années. En 2021, il est envoyé aux États-Unis pour ouvrir une nouvelle filia­le… à Pitts­burgh. « J’avais l’im­pres­sion de boucler la boucle. Mais c’est aussi là que m’est appa­rue cette ques­tion du sens. J’ai connu des moments de misère dans le bâti­ment, puis des réus­sites avec des crois­sances à deux chiffres, je voulais mettre toute cette expé­rience au service d’une cause avec du sens. Aujourd’­hui, j’ai pris aujourd’­hui un aller-simple dans le monde du social, je ne revien­drai pas en arrière. »

Bio express

  • 15 mars 1973 : Nais­sance
  • 1996 : Démarre sa carrière à Pitts­burgh au sein du groupe Vallou­rec
  • 2007 : Première aven­ture entre­pre­neu­riale avec Réno­vert
  • 2017 : Prend la direc­tion de Renta­load et déve­loppe forte­ment l’ac­ti­vité
  • Mars 2023 : Nommé direc­teur géné­ral d’Ha­bi­tat et Huma­nisme Rhône

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter