Alain Mérieux dévoile son nouveau Musée de sciences biolo­giques

Dédié à l'histoire de la lutte contre les maladies infectieuses, le Musée de sciences biologiques – Docteur Mérieux, installé à Marcy-l'Étoile, rouvre ses portes après un an et demi de travaux avec une scénographie totalement repensée.
Alain Mérieux Alain Mérieux © Axel Aragon

« Ce petit musée prend une nouvelle dimen­sion. » C’est avec ces mots qu’Alain Mérieux présente le Musée de sciences biolo­giques – Docteur Mérieux qui rouvre ses portes à Marcy-l’Étoile après une année et demi de travaux avec une refonte scéno­gra­phique et un nouveau parcours dédié à l’his­toire de la lutte contre les mala­dies infec­tieuses.

« Les mala­dies infec­tieuses restent d’une actua­lité brûlante entre la pandé­mie Covid-19, l’émer­gence et la propa­ga­tion de nouvelles patho­lo­gies telles qu’É­bola ou Zika, le déve­lop­pe­ment de la résis­tance aux anti­bio­tiques… Les enjeux sont consi­dé­rables et nous espé­rons que le Musée de sciences biolo­giques répon­dra aux ques­tions de tous les publics et parti­cu­liè­re­ment aux jeunes géné­ra­tions qui sont les acteurs de la santé publique de demain. J’es­père qu’il leur donnera le goût de la biolo­gie », expose Alain Mérieux, le président de l’Ins­ti­tut Mérieux et membre fonda­teur du musée dont le refonte scéno­gra­phique a été financé par le mécé­nat de bioMé­rieux et de la Compa­gnie Mérieux Alliance.

Le musée retrace l’his­toire et l’ac­tion de la famille Mérieux

« Ce musée est unique sur son terri­toire par sa théma­tique. Au-delà des sciences, nous avons privi­lé­gié un prisme profon­dé­ment humain, en mettant en avant l’es­prit des pion­niers qui ont fait progres­ser la micro­bio­lo­gie depuis des siècles », précise Anne de Chif­fre­ville, la prési­dente du Musée de sciences biolo­giques Dr Mérieux, installé dans la maison des Carmino, les blan­chis­seurs de l’Ins­ti­tut Mérieux qui étaient en acti­vité jusque dans les années 80.

Et il est évidem­ment beau­coup ques­tion de l’his­toire et de l’ac­tion de la famille Mérieux, qui s’est installé depuis 1917 à Marcy-l’Étoile lorsque Marcel Mérieux rachète une petite prai­rie pour élever des chevaux dont le sérum sanguin était utilisé pour amélio­rer la vacci­na­tion contre les mala­dies infec­tieuses.

Le parcours du musée retrace l’épo­pée de la biolo­gie avec des objets du quoti­dien des biolo­gistes « mais aussi des objets plus symbo­liques qui appellent à les visi­teurs à s’in­ter­ro­ger sur les enjeux socié­taux des grandes épidé­mies. » La direc­trice du Musée des Confluences, Hélène Lafont-Coutu­rier, a notam­ment parti­ci­per à construire la nouvelle scéno­gra­phie.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter