Cali­céo : Marc Léonard reprend Les Cent Ciels et vise l’Eu­rope

Marc Léonard president de Calicéo Marc Léonard © Calicéo

Cali­céo pour­suit son déve­lop­pe­ment à grande vitesse. Après l’ou­ver­ture d’un huitième centre en Seine-et-Marne en janvier, le spécia­liste fidé­sien de la balnéo­thé­ra­pie vient de boucler l’ac­qui­si­tion de la marque Les Cent Ciels. Les Cent Ciels opère six établis­se­ments dédiés au bien-être au cœur des villes (Paris, Boulogne-Billan­court, Stras­bourg, Lille, Lyon, Bordeaux).

« Ce rappro­che­ment est extrê­me­ment stra­té­gique pour nous. Il nous permet de propo­ser une offre complé­men­taire, en alliant des centres de de balnéo­thé­ra­pie en péri­phé­rie de grandes villes et des espaces de bien-être en cœur de ville », renseigne Marc Léonard, le président des centres Cali­céo (27 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires, 320 colla­bo­ra­teurs).

Repris en 2018 par Ekkio Capi­tal et une équipe de mana­ge­ment menée par Marc Léonard et Emma­nuel Guzman, Cali­céo compte aujourd’­hui huit centres (Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Pau, Perpi­gnan, Versailles, Lieu­saint) et prévoit six nouvelles ouver­tures en France, dont quatre d’ici 2025. « Avec ces 14 centres, on aura complété le maillage en France. On devrait encore inves­tir le marché pari­sien en grande et petite couronne et on cherche toujours à s’ins­tal­ler vers Marseille ou Nice. »

Cap sur Londres et Bruxelles

Après une levée de fonds de 100 millions d’eu­ros bouclée fin 2021, le groupe vient de conclure un nouveau tour de table. « Les action­naires histo­riques ont réin­vesti et nous avons fait rentrer Bpifrance et Carvest qui vont nous aider dans nos déve­lop­pe­ments futurs », souligne Marc Léonard.

Le diri­geant compte désor­mais ouvrir des centres Cent Ciels à Paris, Toulouse ou Nantes, avant de se pencher sur de plus petites agglo­mé­ra­tions comme Rennes, Orléans ou Metz.

En paral­lèle, il souhaite implan­ter le modèle Cali­céo à l’étran­ger, au Royaume-Uni et en Belgique. « Nous travaillons acti­ve­ment sur Londres avec JLL pour trou­ver des fonciers. On espère avoir iden­ti­fié au moins deux fonciers fin 2024 de manière à pouvoir enta­mer la construc­tion en 2025 ou 2026. On vise aussi Bruxelles et nous regar­dons l’Al­le­magne, mais de manière plus oppor­tu­niste. »

Le groupe espère atteindre 44 millions d’eu­ros de chiffre d’af­faires fin 2024, et vise les 65 millions d’eu­ros d’ac­ti­vité pour 2026.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter