Chris­tophe Marguin disperse sa collec­tion de 4 000 menus

En près d’une quarantaine d’années, le chef lyonnais, a réuni une collection de plus de 4 000 menus impériaux, présidentiels et royaux qui s’étend sur 155 ans d’histoire, de 1868 à 2023. Expertisée par Virginie Vernier, la directrice du bureau de Lyon de la maison de ventes Millon, la collection sera vendue aux enchères le 31 mai à Paris.
Christophe Marguin Christophe Marguin © Vincent Lonchampt

C’est une collec­tion rare et origi­nale qui sera disper­sée le 31 mai prochain à Paris. Virgi­nie Vernier, direc­trice du bureau de vente Millon à Lyon, finit bien­tôt d’éva­luer les plus de 4 000 menus histo­riques rassem­blés par le chef Chris­tophe Marguin, président des Toques Blanches lyon­naises.

Une collec­tion consti­tuée depuis presque 40 ans par le proprié­taire du Président dans le 6e à Lyon et dont l’idée lui est venue lorsqu’il était jeune apprenti à Paris en discu­tant avec un respon­sable de la Société des cuisi­niers de France.

De Napo­léon III à Emma­nuel Macron

Le chef lyon­nais se met alors en chasse de retrou­ver des menus histo­riques liés à des repas offi­ciels des chefs d’Etat français, de 1868 à 2023, soit une collec­tion s’éten­dant sur 155 ans. La collec­tion n’est pas que française. Elle comporte aussi des menus de la cour britan­nique, liés à Georges VI, la Reine mère, Elisa­beth II, mais aussi celui du mariage de Charles et Lady Diana en juillet 1981.

Côté français, la plus ancienne pièce de la collec­tion (1868) concerne un repas offert par Napo­léon III et balaie ensuite 3 répu­bliques et les 25 prési­dents succes­sifs dont 8 pour la Ve Répu­blique jusqu’à Emma­nuel Macron. La collec­tion permet ainsi de revi­si­ter l’his­toire de France et du Royaume Uni ainsi que de grands moments diplo­ma­tiques.

Ainsi la visite du couple Kennedy reçu en grandes pompes par Charles et Yvonne de Gaulle au Château de  Versailles (dîner de 174 convives dans la Gale­rie des glaces) ou bien encore l’inau­gu­ra­tion du Tunnel sous la Manche par François Mitter­rand en 1994 ou celle du France par Georges Pompi­dou en 1970. Plus récente, la présen­ta­tion de Carla Bruni, jeune mariée de Nico­las Sarkozy à la Reine, lors du voyage prési­den­tiel 2008.

Le dernier repas de Sadi Carnot à Lyon

Des menus lyon­nais aussi avec celui du dernier repas de Sadi Carnot avant son assas­si­nat entre Rhône et Saône en 1894, des menus aériens aussi avec celui d’un déjeu­ner à bord du Concorde. Ou encore des menus sur soie réali­sés à Lyon ou Saint-Etienne. Des menus de plats, mais aussi des listes de vins pres­ti­gieux.

« Cette disper­sion consti­tue une 1ère mondiale par son ampleur avec ces menus impé­riaux, prési­den­tiels et royaux, précise Virgi­nie Vernier. La Maison Millon que je repré­sente à Lyon est fière d’ac­com­pa­gner le chef Marguin. Ce sera une vente inédite d’une collec­tion remarquable tant par l’état de conser­va­tion des pièces que par leur inté­rêt histo­rique et diplo­ma­tique : ils témoignent de l’évo­lu­tion de la gastro­no­mie français, mais aussi de celui des codes proto­co­laires et de certains grands moments de l’his­toire ».

Millon reven­dique le rang de 1ère maison de vente aux enchères françaises indé­pen­dante avec des bureaux d’ex­per­tise implan­tées dans plus de 35 villes en France -dont Lyon- et à l’in­ter­na­tio­nal et un chiffre d’af­faires de 94 millions d’eu­ros en 2023.

Dîner chez la Mère Brazier le 21 mars

Avant la disper­sion du 31 mai à l’oc­ca­sion d’une vente aux enchères, dans le quar­tier Drouot, la collec­tion sera expo­sée au grand public du 28 au 30 mai, rue Rossini. Chris­tophe Marguin a prévu d’or­ga­ni­ser 2 dîners d’ex­cep­tion avec la compli­cité de Mathieu Vian­nay chez la Mère Brazier à Lyon le 21 mars et de Frédé­ric Verdon (Le 39V) à Paris « parce qu’en France, l’his­toire s’écrit aussi autour de la table ».

Grand collec­tion­neur devant l’éter­nel, Chris­tophe Marguin ne se sépare pas de toutes ses collec­tions. Hormis ses menus, il possède aussi une collec­tion de tabliers de chefs et de médailles person­nelles, ainsi que d’objets liés à la mémoire de sa famille.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter