Domi­nique Bremens, l’ama­teur devenu collec­tion­neur

Dominique Bremens Dominique Bremens ©

Chez Domi­nique Bremens, notaire depuis 40 ans à Lyon, la culture occupe une place majeure parce qu’elle « nour­rit la pensée ». Passionné d’art contem­po­rain tout en appré­ciant aussi l’art clas­sique, il se défi­nit comme « un amateur devenu collec­tion­neur » qui s’est mis en tête de « faire rentrer l’art dans l’en­tre­prise ».

Multi­pliant les initia­tives, en liai­son avec l’Ins­ti­tut d’art contem­po­rain à Villeur­banne, avec Isabelle Berto­lotti au MAC, avec Mani­festa et Céline Melon-Sibille, il croit avant tout aux rencontres et aux échanges. « Je n’ai pas le culte de l’entre soi. On a parfois l’image d’un art contem­po­rain indi­geste. Ce n’est pas le cas. On a fait beau­coup de belles rencontres et j’ap­pré­cie, notam­ment, les jeunes artistes talen­tueux ».

Il ne compte plus les événe­ments de plus de 250 personnes orga­ni­sés ces dernières décen­nies, pour faire parta­ger sa passion. Tout juste regrette-t-il parfois d’être « très solli­cité et un peu trop regardé comme un mécène au sens finan­cier, alors que je crois plus à de vrais parte­na­riats ».

Image de moder­nité

Amou­reux du « beau en géné­ral », s’in­té­res­sant beau­coup au patri­moine de par son métier, portant « atten­tion au détail », il ne conçoit pas sa collec­tion dans une optique patri­mo­niale, voulant juste être entouré de beaux objets, des tableaux, mais pas unique­ment.

« J’at­tache beau­coup d’im­por­tance à l’es­thé­tisme des choses. L’image de moder­nité, tour­née vers l’ave­nir, dépasse les fron­tières des arts clas­siques. L’art contem­po­rain, c’est une ouver­ture sur le monde exté­rieur dont j’ai besoin », ajoute Domi­nique Bremens.

Et, puis l’art d’être un grand-père heureux, c’est aussi de pouvoir glis­ser que sa petite fille est actuel­le­ment étudiante en 2e année à l’École du Louvre…

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter