Les Stépha­nois de Lyon, la bande de copains

Fondé par Pierre Couturier, le réseau des Stéphanois de Lyon organise 6 à 8 rencontres par an. Ces événements rassemblent, dans une atmosphère décontractée, près d'une centaine de dirigeants originaires de Saint-Étienne.
Les Stépha­nois de Lyon Les Stépha­nois de Lyon © DR

Le réseau est né « assez natu­rel­le­ment en 2018 », selon les mots de Pierre Coutu­rier. « Nous étions une bande de quatre copains d’en­fance Stépha­nois (avec deux avocats, un expert-comp­table) qui se rejoi­gnaient pour travailler ensemble sur des dossiers. Ensuite, les rencontres sont deve­nues plus fréquentes avec d’autres Stépha­nois travaillant à Lyon, et de là, nous avons décidé d’of­fi­cia­li­ser le réseau d’af­faires des Stépha­nois de Lyon », raconte celui qui est égale­ment patron de la Char­cu­te­rie Bobosse. 

Les Stépha­nois de Lyon se posi­tionne comme un groupe infor­mel, sans struc­ture juri­dique ni coti­sa­tion. « Quelqu’un qui veut faire du busi­ness n’a aucun inté­rêt à venir chez nous. On est vrai­ment dans le plai­sir, le partage et la bande de copains  », avance Pierre Coutu­rier. Le mot d’ordre des réunions est clair : « Le sérieux reste à la porte ». « Quand on se rassemble, tout le monde s’em­brasse et rigole en mangeant. Il n’y a pas de message très formel derrière nos réunions, si ce n’est le plai­sir d’en­tre­te­nir un lien avec un réseau, entre stépha­nois ».

La nostal­gie stépha­noise

En paral­lèle, le réseau se défi­nit égale­ment comme un espace d’en­traide : « Par exemple si un membre a besoin d’un contact pour l’un de ses projets, nous allons trou­ver un moyen de l’ai­der », explique le fonda­teur du réseau qui compte 92 membres origi­naires de la Loire qui travaillent tous à Lyon, aux profils variés, allant de chefs d’en­tre­prise à profes­sion libé­rale.

« Même si nous sommes instal­lés à Lyon, en tant que Stépha­nois ou simple­ment origi­naires de la Loire, nous sommes nostal­giques de notre ville d’ori­gine. Cela n’em­pêche pas que nous soyons plutôt heureux de parti­ci­per à la vie active de notre ville d’adop­tion qu’est Lyon », témoigne Pierre Coutu­rier. Les rencontres ont lieu 6 à 8 fois par an.

Géné­ra­le­ment, les membres commu­niquent à travers une boucle WhatsApp et se réunissent dans un restau­rant de la presqu’île « que l’on priva­tise pour l’oc­ca­sion », précise Pierre Coutu­rier.

  • Nombres de membres : 92
  • Nombre de rencontre : 6 à 8 fois l’an­née
  • Coti­sa­tion : gratuite
  • Condi­tions pour adhé­rer : Il faut avoir un lien avec Saint-Étienne, la Plaine du Forez ou la Haute-Loire et être installé à Lyon. Ensuite, il faut soit déjà connaître un membre du réseau qui va trans­mettre la demande d’adhé­sion au président du réseau, soit faire la demande d’adhé­sion sur LinkedIn (42 fort et vert).
© DR

L’autre bonne raison d’y aller 

Pour Pierre Coutu­rier, rejoindre ce réseau est aussi une bonne idée : « Tous les ans, nous orga­ni­sons une soirée guin­guette aux Puces du Canal, chez Stephan Blan­chet (qui est égale­ment membre du réseau, NDlr), dans un contexte très convi­vial. C’est une tradi­tion chaque été chez les Stépha­nois de Lyon, nous sommes très heureux de nous retrou­ver et de faire de nouvelles connais­sances. »

Les + du réseau

  • Les membres du réseau se retrouvent souvent lors de sorties diverses. « Par exemple, nous avons loué un car pour aller voir un match de foot tous ensemble à Saint-Étienne. Une soirée est égale­ment prévue dans un complexe de karting  ».
  • Le réseau orga­nise égale­ment des visites d’en­tre­prise. Derniè­re­ment, ses membres se sont rendus au domaine Guigal à Ampuis.

Qui peut-on rencon­trer

  • Yann Roubert Président Direc­teur Géné­ral Lou Rugby 
  • Thierry Gardon, ancien Président du tribu­nal de Commerce de Lyon
  • Chris­tophe Roure, Chef de cuisine restau­rant Le neuvième art
  • Stephan Blan­chet, proprié­taire des puces du Canal

Et aussi : Fabien Chazot (Pdg Tran­sports Chazot), Franck Jabou­ley (direc­teur géné­ral de la Maison Malle­val), Chris­tophe Neyret (avocat au barreau de Lyon), Sébas­tien Rocher (Dg de Ctout­kom)

L’avis de

Nico­las Bes, avocat asso­cié chez Bes, Sauvaigo & Asso­ciés

« En tant que Stépha­nois, adhé­rer à ce réseau est une façon pour moi de ne pas oublier l’at­mo­sphère de la ville qui me manque parfois. Je tiens beau­coup à la « stépha­noi­si­tude », c’est-à-dire à la façon de raison­ner et à l’état d’es­prit travailleur qui carac­té­rise les habi­tants de Saint-Étienne, ainsi que l’as­pect de frater­nité qui en découle. Nous parta­geons tous une histoire commune, notam­ment notre migra­tion vers la ville de Lyon lors de nos jeunes années. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter