Lyon Langues : les frères Arnaud et Florian Duquesne forment aux langues étran­gères

Les frères Arnaud et Florian Duquesne sont aux manettes de l’école linguistique Lyon Langues depuis 2006. La société familiale accueille une centaine d’apprenants par mois et travaille en lien avec les grandes entités internationales présentes à Lyon (Interpol, Euronews, Ubisoft, Bandai) pour se développer.
Arnaud (à gauche) et Florian Duquesne ©DR

L’un est docteur en philo­so­phie, ancien profes­seur de l’Ins­ti­tut franco-japo­nais de Yoko­hama et cofon­da­teur en 2006 de la société Lyon Langues. L’autre a fait carrière au sein du groupe Accor, puis a rejoint en 2014, l’en­tre­prise fami­liale montée par son frère et son père. 

À 49 et 41 ans, Arnaud et Florian Duquesne dirigent aujourd’­hui l’école linguis­tique lyon­naise Lyon Langues instal­lée depuis 2018, au cœur du quar­tier Confluence. 

« Nous accom­pa­gnons aussi bien des étran­gers qui veulent apprendre le Français, que des Français qui souhaitent décou­vrir une langue et une culture étran­gère », témoigne Florian Duquesne. 

L’en­tre­prise, qui a obtenu le statut d’éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment privé supé­rieur hors-contrat, dispose aussi de son propre centre d’exa­mens, néces­saire à la vali­da­tion des compé­tences et des acquis.  « Nous accom­pa­gnons ainsi nos étudiants de la forma­tion jusqu’à la certi­fi­ca­tion, avec un service sur-mesure, de qualité et dans l’ex­cel­lence péda­go­gique », expose le diri­geant.

Une douzaine de langues propo­sées

En plus des cours de Français dispen­sés aux étudiants étran­gers, l’école Lyon Langues propose l’ap­pren­tis­sage d’une douzaine de langues étran­gères, parmi le Japo­nais, le Coréen, l’An­glais, le Portu­gais, l’Ita­lien, l’Al­le­mand, l’Arabe ou l’Hé­breu.

À lire aussi : Univer­­si­­tés : Fusion Lyon 1/Lyon 2, les raisons de l’échec

« Nous dispo­sons d’une quin­zaine de sala­riés dans l’école et de 40 profes­seurs indé­pen­dants et diplô­més. Chaque appre­nant est entouré d’un admi­nis­tra­teur et d’un profes­seur tout au long de son parcours. »

En moyenne, l’école attire une centaine d’étu­diants par mois et propose des horaires et formats flexibles (cours du soir, du week-end, cours collec­tifs ou indi­vi­duels) pour permettre à chaque élève « de s’or­ga­ni­ser comme il le souhaite pour apprendre ».

Lyon Langues : Un lien avec Inter­pol, Euro­news, Bandai et l’OL

Étran­gers, étudiants, profes­sion­nels, voya­geurs, retrai­tés… La clien­tèle ciblée est large et le concept est porteur. « Notre offre se destine à toute personne qui souhaite apprendre une langue et décou­vrir sa culture, renseigne Florian Duquesne. Nous axons aussi beau­coup notre déve­lop­pe­ment sur la forma­tion profes­sion­nelle. »

L’en­tre­prise lyon­naise travaille ainsi en lien avec les sala­riés d’Euro­news, Inter­pol, Ubisoft ou du géant japo­nais du jeu vidéo Bandai Namco, dont le siège euro­péen est installé à Vaise. « Nous avons aussi été pres­ta­taires de l’OL ou du Lou Rugby pour faci­li­ter l’ac­cli­ma­ta­tion des joueurs. Dès qu’il y a un besoin en langues, nous sommes capables d’y répondre. »

L’école Lyon Langues réalise aujourd’­hui 1,2 million d’eu­ros de chiffre d’af­faires, avec une acti­vité multi­plié par deux depuis dix ans. 

« Nous nous sommes posés la ques­tion du déve­lop­pe­ment de notre entre­prise. Savoir s’il fallait gran­dir pour gran­dir et passer ainsi de 100 étudiants par mois à 200 ou 300. Nous avons préféré garder notre ADN, notre service sur-mesure et dans l’ex­cel­lence, inspiré du savoir-faire japo­nais, cher à mon frère et moi. » Une affaire de famille avant tout.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter