Lyon Lumière, le réseau d’af­faires à taille humaine

Limité à une vingtaine de décideurs Lyonnais, le réseau d'affaires Lyon Lumière mise sur la proximité, l'entraide et la complicité entre ses membres. 
Réseau Lyon Lumière Réseau Lyon Lumière © DR

C’est parce qu’elle était insa­tis­faite de son ancien réseau d’af­faires qu’Ed­wige Allan, la gérante d’une entre­prise de services à domi­cile, a fondé Lyon Lumière en 2021.

Un petit réseau d’af­faires dont l’ef­fec­tif sera volon­tai­re­ment limité à 25 membres pour favo­ri­ser la proxi­mité entre ses membres « qui se réunissent pour promou­voir leur acti­vité dans le but d’être recom­mandé par les autres membres. « On estime qu’à partir de 35–45 membres, les inter­ac­tions perdent en qualité. Chez Lyon Lumière, nous voulons vrai­ment quelque chose de très quali­ta­tif », souligne la diri­geante.

Actuel­le­ment composé de 18 membres, le réseau ne demande aucune coti­sa­tion, « chaque membre réglant unique­ment la note ce qu’il consomme lors des réunions qui se déroulent dans un restau­rant », pour­suit la fonda­trice

« Obte­nir des deals supplé­men­taires »

Le réseau Lyon Lumière rassemble des profils d’ac­ti­vi­tés variés : avocat, gestion­naire de patri­moine, coach en déve­lop­pe­ment mental, agent d’as­su­rance-vie, etc. « Au sein du réseau, chacun peut obte­nir des deals supplé­men­taires, des clients qu’il n’au­rait pas connu par d’autres biais. Des parte­na­riats sur certains métiers connexes se créent égale­ment, notam­ment pour répondre à des appels d’offres », détaille Edwige Allan.

Le club se réunit tous les 15 jours, le jeudi de 11h à 14h avec des programmes variés, compre­nant des réunions clas­siques (échanges, repas), des visites d’en­tre­prises (comme derniè­re­ment au Bel Air Camp) et des présen­ta­tions réali­sés par des inter­ve­nants spécia­li­sés (en cryp­to­mon­naie, en réseaux sociaux…) Les réunions peuvent égale­ment abor­der des théma­tiques « qui ont pour but de servir à tout le monde sur le plan profes­sion­nel, comme la pros­pec­tion par exemple », indique Edwige Allan.

L’autre bonne raison d’y aller

Parmi les membres du réseau, plusieurs ont déjà été et sont encore adhé­rents au sein d’autres réseaux d’en­tre­pre­neurs : « C’est inté­res­sant parce que ça remue dans les deux sens. Nous avons cette expé­rience réseau qui est impor­tante et qui permet de faire avan­cer le schmil­blick. Et puis à côté, on a de la fraî­cheur avec la décou­verte de réseaux qu’on partage aux autres », explique Edwige Allan, qui est elle-même égale­ment membre du CJD.

Les + du réseau

Les visites d’en­tre­prise se font une semaine sur deux (soit une visite d’en­tre­prise membre, soit une visite d’en­tre­prise autre). Les membres vont à la rencontre d’autres entre­pre­neurs lyon­nais dans l’objec­tif de mieux se connaître. 

Les membres du réseau partagent des moments person­nels (nais­sances, moments diffi­ciles) à travers un groupe WhatsApp

Qui peut-on rencon­trer

  • Marion Moraly (Socium Avocats)
  • Floorje van Zoelen / (Agence de déco­ra­tion d’in­té­rieur Floortje Inte­riors)
  • Nico­las Barré (Bureau d’études ther­miques et fluides Eleys)
  • Cédric Mourier (Mourier archi­tecte) 

L’avis de

Amélie Panier, expert-comp­table au cabi­net Kontea

« Je recher­chais un réseau pour deux raisons : déve­lop­per ma clien­tèle et avoir de nouveaux parte­naires. J’ai fait le choix de Lyon Lumière pour son côté bien­veillant et accueillant. Même si nous sommes là pour faire des affaires, il n’y a pas la pres­sion de faire du chiffre, ce qui peut être assez oppres­sant dans certains réseaux. Et tous les événe­ments orga­ni­sés nous permettent de mieux nous connaître et ainsi de mieux nous recom­man­der. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter