Édito. Des banquiers de terrain

Édito banquiers

« Je suis un banquier de terrain ! » Rémy Weber, le patron de CIC Lyon­naise de Banque de 2002 à 2013 ne manquait jamais une occa­sion de rappe­ler qu’il n’avait rien d’un banquier de salon, éloi­gné des réali­tés, peu au contact avec ses clients. En vous présen­tant, ce mois-ci, les 20 banquiers qui comptent à Lyon, Lyon Déci­deurs confirme que Lyon garde son rang de terre de banquiers.

De la Banque Saint Olive créée en 1809 à Fidu­cial Banque, la banque en ligne des TPE née dans les années 2000, les établis­se­ments bancaires sont légion entre Rhône et Saône.

La banque au service de la révo­lu­tion indus­trielle

Et les liens entre indus­triels et banquiers sont ténus. C’est Henri Germain, fils de soyeux, qui crée le Crédit lyon­nais (LCL aujourd’­hui) en juillet 1863, ou bien encore la famille Riboud que l’on retrouve parmi les créa­teurs de la « Lyon­naise ».

Si les banques ont fleuri à la révo­lu­tion indus­trielle, c’est tout simple­ment parce qu’il fallait bien finan­cer l’avè­ne­ment d’une trans­for­ma­tion éner­gé­tique : la machine à vapeur qui remplace les chevaux.

C’est une autre tran­si­tion éner­gé­tique qu’il faut finan­cer aujourd’­hui et les banques sont, à nouveau, en première ligne comme il y a 150 ans, ainsi que le rappelle Didier Pari­set, le patron de SG Auvergne-Rhône-Alpes. La finance au service de l’in­dus­trie.

Des banquiers de terrain et des terrains de jeu diffé­rents

Des banques à réseau pour les parti­cu­liers. De la banque privée, de la gestion de patri­moine, de la banque d’af­faires pour les plus fortu­nés.

Mais aussi des banques solides sur le plan finan­cier dotées de suffi­sam­ment de fonds propres pour accom­pa­gner les entre­prises dans leurs projets d’in­ves­tis­se­ment majeur. Du Grand Hôtel-Dieu au Grand Stade et à la LDLC Arena en passant par la tour Incity et les grands chan­tiers de réno­va­tion urbaine, les banques ont su répondre présentes à chaque fois.

Des banques parmi lesquelles les « mutua­listes » occupent une place de premier plan. Des banques publiques – Bpifrance et Banque des Terri­toires – en appui stra­té­gique d’ini­tia­tives privées ou d’in­té­rêt géné­ral.

Des banques d’af­faires ou privées qui cultivent toujours le goût du secret, tout en accep­tant de nous répon­dre… Les temps changent. La preuve, les banquiers ont majo­ri­tai­re­ment renoncé à la cravate !

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter