Jérôme Moroge : « Peser davan­tage dans les grandes orien­ta­tions »

Le maire (LR) d’Oullins-Pierre-Bénite revient sur ses premières semaines mouvementées à la tête de la nouvelle commune, marquées par un bras-de-fer contre la Métropole sur la question des Voies Lyonnaises et des plans de circulation dans la Grande Rue.
Jérôme Moroge Jérôme Moroge © DR

Le projet de fusion entre Oullins et Pierre-Bénite a provoqué de nombreux remous. Comment s’est passée votre accli­ma­ta­tion dans le fauteuil de maire de cette nouvelle commune ?

Jérôme Moroge : Nous avons eu toute une phase de prépa­ra­tion sur les derniers mois de 2023 qui nous a permis d’être opéra­tion­nels dès janvier. Nous avons pu nous mettre au travail dès le premier jour, avec un certain nombre de dossiers très impor­tants à prendre en main.

Les inter­ro­ga­tions sur ce rappro­che­ment sont moins nombreuses, même si certains habi­tants n’y sont toujours pas favo­rables. Le but désor­mais, c’est d’al­ler en proxi­mité, à la rencontre des gens pour convaincre et expliquer.

Nous allons rapi­de­ment mettre en place des comi­tés dans chaque quar­tier d’Oul­lins-Pierre-Bénite pour que les habi­tants puissent faire remon­ter leurs ques­tions, leurs envies ou leurs inter­ro­ga­tions.

Vos premières semaines ont été mouve­men­tées avec ce bras-de-fer qui vous a opposé à la Métro­pole sur la ques­tion des Voies Lyon­naises et des plans de circu­la­tion sur la commune, notam­ment dans la Grande Rue. Comment avez-vous vécu cette situa­tion ?

La Métro­pole de Lyon est passée en force contre l’avis de la commune d’Oul­lins-Pierre-Bénite, dans le mépris de toutes les règles de coopé­ra­tion qui existent géné­ra­le­ment avec les communes. Le président Bruno Bernard m’a reçu. J’ai compris qu’il avait été très mal conseillé par les vice-prési­dents Jean-Charles Kohl­haas et Fabien Bagnon, puisqu’il est revenu sur leurs posi­tions.

Nous nous sommes tendus la main pour avan­cer. J’ai validé l’ex­pé­ri­men­ta­tion de deux scéna­rios, celui que nous propo­sions et celui de la Métro­pole, qui propose un passage partiel à sens unique de la Grande Rue. Cette deuxième solu­tion reste tota­le­ment inad­mis­sible pour notre commune.

L’ex­pé­ri­men­ta­tion va montrer que cette mise à sens unique, même partielle, va tota­le­ment embo­li­ser la plupart des quar­tiers de la commune et péna­li­ser les commerçants du centre-ville.

Avec 37 000 habi­tants, Oullins-Pierre-Bénite devient la huitième ville de la Métro­pole. Quelles sont vos ambi­tions pour cette commune nouvelle ?

Le quar­tier de la Saulaie, trait d’union entre Oullins et Pierre-Bénite puisqu’il fait le lien entre les deux communes délé­guées, est un enjeu extrê­me­ment impor­tant. C’est le dernier secteur où nous avons encore du foncier dispo­nible. On espère faire sortir un projet mêlant du tertiaire, de l’ha­bi­ta­tion et tout un pan cultu­rel et spor­tif pour écrire le quar­tier de demain.

➔ À lire aussi : François-Noël Buffet : « L’in­­té­­rêt d’Oul­­lins dans cette fusion est inexis­­tant »

La taille de notre commune fait que nous sommes la muni­ci­pa­lité la plus impor­tante de l’ouest lyon­nais et de très loin. Nous avons à ce titre la néces­sité de travailler avec nos voisins de tout l’ouest lyon­nais pour essayer de rayon­ner au-delà des fron­tières de notre commune.

Nous devons peser davan­tage dans les grandes orien­ta­tions de la Métro­pole de Lyon. La huitième commune du terri­toire doit avoir son mot à dire sur la vision 2030–2040 et notam­ment sur la ques­tion des mobi­li­tés.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter