La Petite Ferme, les plats gour­mands à empor­ter ou en livrai­son

Marion Cabrol, directrice de La Petite Ferme, est l’invitée de Pitch Start-up Lyon, l’émission mensuelle de Lyon Décideurs dédiée aux jeunes pépites lyonnaises.

Le concept de La Petite Ferme

Fondée en 2020, La Petite Ferme propose des plats gour­mands et faits maison, à retrou­ver sur les plate­formes de livrai­son UberEats et Deli­ve­roo ou à empor­ter dans les deux boutiques de l’en­seigne à Lyon 6 et Vaugne­ray. « On propose une cuisine authen­tique et française, avec des produits frais et de saison. L’idée, c’est de manger vite et bien, sans prise de tête », indique la direc­trice Marion Cabrol.

Plus d’une quin­zaine de recettes sont propo­sées chaque jour dans des bocaux unitaires, dont les best-sellers comme les lasagnes, le bœuf bour­gui­gnon, la blanquette de veau ou la tarti­flette. « Nous avons aussi des créa­tions plus modernes comme les coquillettes au jambon truffé, les ravioles ou la crozi­flette au morbier. On en a pour tous les goûts et pour tous les régimes alimen­taires avec des options végé­ta­riennes et sans gluten. »

Pourquoi La Petite Ferme va carton­ner

© Laurent Thomas

Les produits cuisi­nés par les équipes de La Petite Ferme (12 colla­bo­ra­teurs dont 5 en cuisine) sont culti­vés dans la région, en circuit-court. « Notre offre est locale puisque nos viandes et 80 % de nos légumes sont rhônal­pins », soutient la direc­trice. L’en­seigne cible une clien­tèle assez jeune et entend propo­ser une alter­na­tive aux fast-foods dans le secteur de la restau­ra­tion rapide.

« On s’est lancé parce qu’on a constaté qu’il manquait une offre tradi­tion­nelle avec des plats bien cuisi­nés sur les plate­formes de livrai­son. En 2020, c’était surtout l’ère des dark kitchens, des tacos ou des sushis. On voulait créer une alter­na­tive plus saine et gour­mande, autour de la cuisine française pour le déjeu­ner ou le dîner. » La start-up réalise aujourd’­hui 60 % de son acti­vité sur UberEats et Deli­ve­roo et 40 % en boutiques.

L’actu de la Petite Ferme

La jeune société a fran­chi en 2023 le cap des 100 000 bocaux vendus, en crois­sance de 30 % par rapport à l’exer­cice précé­dent. « Cela repré­sente entre 400 et 500 ventes par jour cumu­lées sur les deux boutiques et les plate­formes de livrai­son. On fait un très bon démar­rage en 2024 donc on croise les doigts pour conti­nuer sur cette lancée. »

La Petite Ferme devrait ouvrir une troi­sième boutique en septembre, dans le 8e arron­dis­se­ment du côté de Monplai­sir. «  On avait envie d’un nouveau chal­lenge pour cette année. Le 8e est un quar­tier qu’on aime beau­coup puisqu’il y a là-bas de très belles enseignes alimen­taires qui sont présentes et une vraie clien­tèle de gour­mands. »

Les ambi­tions de la Petite Ferme

Avec l’ou­ver­ture de cette nouvelle boutique, la start-up aime­rait vendre entre 700 et 800 bocaux par jour (dont 300 à Monplai­sir) dès l’an­née prochaine. La Petite Ferme mise aussi sur un nouvel axe autour de la livrai­son de plateaux-repas pour les entre­prises.

« C’est une stra­té­gie qu’on a tardé à déve­lop­per puisqu’on était très occupé par notre offre à desti­na­tion du grand public. Mais les plateaux-repas, ça a un côté exal­tant. Ce sont des très grosses commandes avec des gros volumes », prolonge Marion Cabrol. La start-up travaille ainsi avec des entre­prises comme Apple ou des asso­cia­tions autour du gaming. « Des boîtes bien implan­tées ou les sala­riés ont besoin et envie d’une solu­tion rapide pour le déjeu­ner. »

La direc­trice

Après dix années passées à la tête des direc­tions commu­ni­ca­tions et marke­ting du zoo d’Am­né­ville, Marion Cabrol rentre à Lyon en 2019. Après une phase de réflexion, la diri­geante, en quête d’aven­ture, se lance dans son premier projet entre­pre­neu­rial et cofonde La Petite Ferme en septembre 2020.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter