Cécile Michel : « Nous sommes prêts à construire autre chose »

Conseillère municipale d’opposition à Condrieu, Cécile Michel vient de prendre la suite de Fabienne Grébert à la coprésidence du groupe Les Ecologistes au conseil régional. L’élue verte compte faire entendre sa voix à la tête du premier groupe d’opposition à la région.
Cécile Michel Cécile Michel © DR

Vous, Cécile Michel, venez de prendre la relève de Fabienne Grébert à la copré­si­dence du groupe Les Ecolo­gistes au conseil régio­nal. Pourquoi cette tran­si­tion ?

Cécile Michel : Dès notre arri­vée, nous avons choisi d’avoir une copré­si­dence tour­nante sur nos sept années de mandat, avec des copré­si­dences de deux à trois ans. Fabienne a assuré la campagne comme tête de liste et souhai­tait aujourd’­hui passer la main.

Nous avons donc procédé à une élec­tion en confor­mité avec notre volonté d’en­cou­ra­ger et de renou­ve­ler la diver­sité des voix poli­tiques. J’ai été dési­gnée et j’ai donc accepté avec beau­coup d’en­thou­siasme de prendre cette respon­sa­bi­lité-là pour le groupe. J’ai l’en­vie, la dispo­ni­bi­lité et la confiance du groupe pour le faire.

Vous êtes aujourd’­hui conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion à Condrieu. Comment abor­dez-vous cette nouvelle mission, à la copré­si­dence du premier groupe d’op­po­si­tion à la région ?

Je l’aborde avec beau­coup de déter­mi­na­tion mais aussi beau­coup d’hu­mi­lité. Nous ne sommes pas dans une posi­tion qui dispose de tous les leviers d’ac­tions, loin s’en faut, mais nous pouvons faire avan­cer des sujets. Nous allons passer durant ces deux prochaines années le cap du mi-mandat.

Il faut conti­nuer d’être très à l’écoute du terrain, des terri­toires, au plus proche des habi­tants, des citoyens, des élus, mais aussi d’être extrê­me­ment vigi­lant sur ce qu’il se passe dans l’as­sem­blée régio­nale.

Nous pouvons faire rempart sur un certain nombre de sujets, incar­ner la possi­bi­lité de faire diffé­rem­ment que Laurent Wauquiez. Nous serons porteurs d’une autre vision pour 2028. À nous de travailler dès main­te­nant pour confir­mer que nous sommes prêts à construire autre chose.

Votre groupe vient d’ailleurs de lancer l’ob­ser­va­toire du Wauquisme à la mi-mars, pour décryp­ter les actions du président de la région. Quel est le sens de cette démarche ?

Au-delà du jeu de mot, il y a l’enjeu de pouvoir dénon­cer ce qui se trame et ce qui prend forme aujourd’­hui sous nos yeux dans l’exer­cice du pouvoir de Laurent Wauquiez à la prési­dence de la région.

C’est-à-dire une très forte dérive popu­liste et un rappro­che­ment avec les thèses et les pratiques de l’ex­trême droite. En tant que premier groupe d’op­po­si­tion à la région, nous avons ce devoir de jouer ce rôle de veilleur, de donner à voir ce qu’il y a derrière le person­nage Laurent Wauquiez.

Il est encore parfois porteur de l’image du gendre idéal, mais derrière cette image, se cache une manière d’exer­cer le pouvoir abso­lu­ment dévas­ta­trice.

Nous avons la respon­sa­bi­lité de docu­men­ter cela, en lien avec des éléments jour­na­lis­tiques et avec ce que nous obser­vons direc­te­ment en assem­blée. Il a des ambi­tions pour les élec­tions prési­den­tielles de 2027, c’est une menace réelle. Donc on souhaite expri­mer au plus grand nombre ce qu’il est réel­le­ment.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter