Yeap prend de la hauteur

La discrète start-up, éditrice de logiciel de paye, a emménagé dans le quartier de Vaise dans des bureaux flambants neufs situés en dernier étage.
Yeap La façade de Yeap © Cyril Michaud

Ce n’est pas l’en­tre­prise dont on parle le plus à Lyon, mais c’est sans doute l’une de celle qui dispose des plus beaux bureaux. Chez Yeap – anagramme de paye – éditeur de logi­ciel au service de la profes­sion comp­table. Jean-Nico­las Nabet, le diri­geant fonda­teur de la start-up emploie près de 40 personnes, a pour habi­tude de culti­ver la discré­tion.

Alors qu’il vient de lancer la commer­cia­li­sa­tion de son nouveau logi­ciel après plusieurs années de R&D, le CEO de Yeap a choisi de s’ins­tal­ler dans un immeuble flam­bant neuf de l’ave­nue Sidoine-Apol­li­naire à Vaise, un peu à l’écart du centre-ville, mais à 900 mètres du métro.

Tout est allé très vite. « Le projet a été mené effi­ca­ce­ment, en moins de trois mois » appré­cie Jean-Nico­las Nabet qui a confié l’amé­na­ge­ment d’un plateau de 485 m2, situé en dernier étage, à l’agence de design Télé­por­ta­tion.

Les délais étaient serrés mais cette dernière a parfai­te­ment su rele­ver le défi. Le chef d’en­tre­prise souhai­tait des murs blancs, de beaux papiers peints et du mobi­lier en bois clair dans un esprit scan­di­nave.

Avec la direc­trice des ressources humaines, il est le seul à dispo­ser d’un bureau fermé qui offre une vue sur Four­vière. «  On a fait instal­ler des petites cabanes pour que les gens puissent s’iso­ler pour télé­pho­ner ou échan­ger au calme » explique Jean-Nico­las Nabet.

Traité dans un esprit indus­triel, ce dernier étage est baigné de lumière grâce à de larges baies vitrées. Le CEO de Yeap loue aussi le travail acous­tique (moquette au sol, panneaux) qui a été réalisé afin qu’il n’y ait aucune réso­nance ,malgré les volume et la char­pente métal­lique. Pour déli­mi­ter les diffé­rents espaces (bureaux et open space), des cloi­sons vitrées habillées de films de couleur, bleu, vert et orange, ont été instal­lées. Chez Yeap, c’est flex office pour tout le monde.

Les bureaux © YEAP/TÉLÉPORTATION

« On est dans une entre­prise agile. L’agi­lité c’est un mode de travail qui néces­site que les équipes soient pluri­dis­ci­pli­naires » justi­fie le diri­geant de Yeap.

Les sala­riés, surnom­més « les yeapeurs » ont créé un BDY (Bureau des « Yeapeurs ») qui leur permet d’or­ga­ni­ser toute l’an­née de nombreux événe­ments dans l’es­pace restau­ra­tion / détente atte­nant aux bureaux.

Jean-Nico­las Nabet n’a pas fait chez les choses à moitié pour ses employés en déci­dant d’amé­na­ger un vaste bar et une magni­fique cuisine mono­chrome dans un espace de 80 m2. « On fait bien ou on ne fait pas » aime répé­ter le chef d’en­tre­prise lyon­nais, passionné de voitures et bon vivant.

Quand il fait beau, les sala­riés de Yeap peuvent profi­ter d’une immense terrasse de 200 m2. Deux fois par semaine, ils peuvent aussi mettre en pratique les bons conseils d’un coach spor­tif qu’ils partagent avec les autres entre­prises de l’im­meuble.

L’im­meuble

Yeap a fait le choix de s’ins­tal­ler dans un immeuble moderne dont la construc­tion repose sur une char­pente métal­lique. La start-up occupe le dernier étage. La toiture sheds « en dent de scie » rappelle le passé indus­triel du quar­tier de Vaise.

Les bureaux

Orga­ni­sés en open space, les bureaux des « Yeapeurs » ont été pensés pour favo­ri­ser le travail collec­tif. À l’en­trée, près du bureau du président, une grande table permet à l’équipe de se réunir.

Jean-Nico­las Nabet se donne la possi­bi­lité d’en louer une partie à l’oc­ca­sion d’évé­ne­ments.

La cuisine

Avec son bar noir et ses banquettes de couleur orange dans l’es­prit d’un « diner » améri­cain, c’est la pièce maîtresse des bureaux de Yeap, et le QG du BDY (bureau des « Yeapeurs »), le lieu de créa­ti­vité de l’en­tre­prise.

Cyril Michaud

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter