Bouge ta Boîte, le réseau busi­ness et soro­rité

Le réseau féminin Bouge ta Boîte rassemble plus d’une centaine de dirigeantes de la région lyonnaise. Les membres des six cercles rhodaniens se sont réunies mi-mars à Tassin pour échanger visions et cartes de visite. Dans une atmosphère décontractée, mais très axée business.
Bouge ta Boîte Bouge ta Boîte © Charlotte Lagneau

L’agi­ta­tion gagne peu à peu les salons de l’hô­tel Campa­nile Lyon Ouest – Tassin. Dans la grisaille de cette mati­née de mars, l’éta­blis­se­ment accueille les membres des six cercles lyon­nais du réseau fémi­nin Bouge ta Boîte. Plus d’une quaran­taine d’en­tre­pre­neures ont répondu à l’in­vi­ta­tion.

Celles-ci sont membres des cercles de Perrache, Part-Dieu, Hôtel de Ville, Tassin/Ecully, Ville­franche ou Chapo­nost et se rencontrent, pour certaines, pour la première fois. « Nous nous retrou­vons géné­ra­le­ment tous les quinze jours entre diri­geantes du même cercle. Et en paral­lèle, on orga­nise ces réunions inter-cercles pour apprendre à se connaître, déve­lop­per notre réseau et créer des syner­gies », souligne Fanny Sapin, la « bougeuse » à l’ini­tia­tive de cette rencontre, aussi experte de justice en évalua­tion immo­bi­lière à Lyon.

Au programme du jour : présen­ta­tions rapides, temps d’échanges autour d’un café, déjeu­ner busi­ness et prises de contacts. « L’idée, c’est de s’en­trai­der, de faire des affaires ensemble, de la mise en rela­tion et de mieux se recom­man­der, commente Maryse Nappi, atta­chée de presse et membre du cercle Lyon – Hôtel de Ville. La soro­rité est impor­tante mais la dimen­sion busi­ness l’est tout autant. On reste des cheffes d’en­tre­prise, on ne se retrouve pas entre filles simple­ment pour boire le café. »

« Allez les filles, on se mélange ! »

Fondé en 2016 par la Bretonne Marie Eloy, le réseau Bouge ta Boîte rassemble aujourd’­hui 2 000 bougeuses et 115 cercles au niveau natio­nal. À l’échelle locale, les six cercles lyon­nais regroupent entre 12 et 25 membres chacun, sur le prin­cipe de non-concur­rence inspiré du modèle BNI.

« Nous sommes une petite centaine de bougeuses à Lyon. Nous avons parmi nous des diri­geantes de tous les âges, avec des matu­ri­tés d’en­tre­prises diffé­rentes. L’idée, c’est de créer ce vrai bras­sage sans trop être dans le cocoo­ning comme d’autres réseaux fémi­nins », prolonge Céline Leignel, élue boos­teuse du cercle Tassin/Ecully par ses pairs, et donc en charge de l’ani­ma­tion des réunions bimen­suelles et de l’ac­cueil des nouvelles membres pour les six prochains mois. L’heure de la pause déjeu­ner approche.

À table, les cartes de visite s’échangent entre deux coups de four­chette et des discus­sions passion­nées sur l’usage des réseaux sociaux ou le compte profes­sion­nel de forma­tion (CPF). Le plan de table est cham­boulé par un système de rota­tion entre la poire et le fromage. « Allez les filles, on se mélange, tonne Fanny Sapin. Le but du jeu, c’est de croi­ser le plus de monde possible, de faire des rencontres et du réseau­tage. »

La bonne raison d’y aller

Le réseau s’en­gage dans les défis socié­taux, sociaux et envi­ron­ne­men­taux. Bouge ta Boîte est une entre­prise à mission avec la raison d’être suivante : « accé­lé­rer l’éga­lité en déve­lop­pant ensemble et avec audace, la place et l’im­pact des femmes dans l’éco­no­mie »

Les + du réseau

  • Des réunions tous les 15 jours sur la pause de midi, orga­ni­sées par les anima­trices ou « boos­teuses » de chaque cercle.
  • Le rôle des boos­teuses, élues pour 6 mois. « C’est une élec­tion sans candi­date pour permettre à chacune de sortir de sa zone de confort, de lais­ser sa timi­dité de côté et de prendre en assu­rance. »
  • Un réseau natio­nal. Bouge ta Boite est un réseau d’af­faires réunis­sant des diri­geantes de toute la France pour leur permettre de se créer un réseau d’af­faires, de consti­tuer leur carnet d’adresses, de déve­lop­per leur chiffre d’af­faires et d’étof­fer leur stra­té­gie. 

Qui peut-on rencon­trer

  • Maryse Nappi – Direc­trice-fonda­trice de Ques­tion­de­com
  • Fanny Sapin – Créa­trice d’Ace Valo­ri­sa­tion et experte de justice en évalua­tion immo­bi­lière
  • Yannick Plas­sard – Diri­geante YP Conseil et Desti­na­tion Norman­die
  • Stépha­nie Monfer­ran – Diri­geante-forma­trice Acadé­mie Purple

Et aussi : Sandra Gherbi Bahia (Respon­sable de la clien­tèle des profes­sion­nels des agences BNP Pari­bas de l’ouest lyon­nais), Céline Leignel (Plume Maison d’écri­ture), Lisa Chamoun (Lisa Chamoun Cera­mic), Natha­lie Sahuc (Prétexte de Com)

Rose Cornier, direc­trice du Campa­nile Lyon Ouest © DR

L’avis de 

« Nous ne sommes pas des copines, on ne s’in­vite pas à la maison »

« J’aime ce réseau d’af­faires 100% fémi­nin, pensé par et pour les cheffes d’en­tre­prise en s’ap­puyant sur la puis­sance du collec­tif. C’est un réseau où l’échange est simple, où la recom­man­da­tion est effi­cace et où les conver­sa­tions sont très orien­tées busi­ness. Nous ne sommes pas des copines, on ne s’in­vite pas à la maison, le lien reste très profes­sion­nel. C’est toute la force de cette soro­rité-busi­ness. »

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­rions avoir votre avis pour nous amélio­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­me­ment à ce ques­tion­naire ou nous envoyer un émail à redac@­lyon­de­ci­deurs.com. Merci beau­coup !

Consent choices
Remonter